Partagez | 
 

 Runaway Train || Liana Croce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feat : Kristen Stewart
Code Couleur : #0099cc
Patronus : Raton Laveur
& You ... : Seule la mort me promet le repos
Baguette : Acacia, 28 cm rigide, plume de phénix. Elle est d'un esthétique simple, sa couleur noire lui donne une élégance singulière. Ornée de quelques tracés argentés le long de la poignée.
Pouvoir : //
Metier/Maison : Serveuse et Fuyarde
Familier : chien de race, un boxer du nom de Gancio
Gallions : 420
avatar
Liana Croce
Ordre

MessageSujet: Runaway Train || Liana Croce   Mar 11 Avr - 23:23

Liana Croce


25 ans
Citoyenne

Serveuse
Sang-mêlée

Caractère&Physique

Parfois, le miroir peut se présenter comme ami ou ennemi. Il y a toujours cette légère crainte de croiser ce regard réprobateur, cet éclat de moquerie. Et pourtant, on lui fait face chaque jour, la tête haute ou bien basse, mais on l'affronte. Il suffit de se dire que ce n'est qu'un mauvais moment, que cette simple action ne va rien changer au reste de notre vie, que c'est une habitude comme une autre. Mais ce n'est pas le point de vue de tout le monde, pas celui des âmes torturées.

Un corps fin dans des vêtements souvent trop larges. Une tenue qui a tendance à être à la garçonne. Ces bouts de tissus qui permettent de dissimuler les erreurs passées, les mauvais coups de la vie. Des muscles se dessinent pourtant sous la peau, ils ne sont pas proéminents, mais ils sont témoins de journées d'exercices. Ils courent sous cette épiderme nacrée. Un tatouage en forme de forêt simpliste s'est glissé autour de son poignet gauche. Un autre, un renard, a pris refuge sur son flanc gauche et un cerf accompagné d'un loup chatouillent sa nuque. Une autre forme plus étrange semble avoir mordu la chair sur son avant-bras droit. Cette partie du corps est souvent camouflée sous des centaines de bracelets ou un bandana. Une marque des ténèbres barrée, défigurée d'une cicatrice grossière. Elle semble bien plus fade et maladroite que les réelles marques que portent les mangemorts.

Ce regard délaisse le corps pour se planter dans le reflet du miroir. Cet éclat vert tourmenté par d'étranges sentiments. Le plus souvent il s'applique à être neutre, indifférent. Mais il lui arrive de se montrer malicieux, taquin, réfléchi. Les traits qui l'accompagnent sont discrets, aussi lisses que ceux d'une statue de marbre. Ils leur arrivent de s'étirer en quelques fossettes lorsque ses lèvres pâles s'autorisent à sourire. Le plus généralement, il s'agit de la commissure droite de sa bouche qui se redresse pour témoigner d'un sentiment heureux. Un large sourire est difficile à attraper.

Des doigts fins se plongent dans la crinière corbeau. Des cheveux qui ne veulent pas être domptés et encore moins attachés. Ils aiment reposer paresseusement sur une épaule, frissonnant au contact de la brise, jouant avec elle. Parfois, ils deviennent blonds ou roux, cela dépend de leur humeur. Mais le noir leur va au teint. Parfois, ils grognent quand un bonnet, chapeau ou autre casquette s'amusent à élire domicile au-dessus d'eux, les cachant de la lumière.

Le miroir est son ennemi. Elle a cette crainte de croiser ce regard réprobateur, cet éclat de moquerie. Et pourtant, elle lui fait face chaque jour, la tête haute, et elle l'affronte. Elle se dit qu'il ne s'agit pas d'un simple mauvais moment, d'une simple action qui ne va rien changer au reste de sa vie, d'une habitude comme une autre. Liana Croce est une âme torturée.

On dit souvent que le caractère s'accorde au physique, mais c'est simplifié la chose. Il est bien trop facile de juger ainsi, d'un bref regard. Il faut fouiller, connaître pour se rendre compte de ce que referme un corps. Il n'est bien sûr pas question de dissection, mais de patience et d'observation.  

Une enfance gâchée qui a laissé de graves séquelles. Il est difficile, voir impossible, de faire confiance à son prochain sans le connaître par cœur. La méfiance envahit l'esprit lorsqu'il s'agit de pénétrer dans un lieu inconnu empli de personnes qui vous épient, à cela se lie la paranoïa qui prend un certain temps à disparaître du cœur. La distance permet de rester en sécurité et d'analyser les gens qui vous entourent sans risquer de se blesser, de se faire piéger. La froideur et le sarcasme font fuir et cette impression de sécurité revient au galop, rassurant l'esprit, calmant la peur.

Pour se défendre, il faut de la force et de très bons réflexes. Un caractère vif permet d'échapper au pire, le sport est une très bonne solution pour forger le caractère d'un survivant. On frappe dans un sac de frappe en se disant qu'il s'agit de la prochaine personne sur votre liste. Les premiers mois sont difficiles, l'envie est de plus en plus présente: abandonner. Mais le mental se recouvre d'acier et la détermination chasse toute mauvaise pensée. Et on recommence.

Mais les années sont le remède le plus efficace pour effacer un passé que l'on veut fuir. A force de travailler dans le même lieu depuis de nombreux printemps, la personne change. Elle devient plus douce, confiante et sociale. Elle se risque à bavarder à échanger quelques anecdotes croustillantes. Un rire s'échappe parfois d'entre les lèvres pour réchauffer les cœurs. Et puis selon le métier, la personne apprend aussi à être taquine, joueuse, séductrice. On joue avec les gens qui défilent devant le bar, on apprend à les connaître, à espérer leur retour.

Toute cette joie, ce bonheur amènent de nouveaux besoins. Une présence. La solitude effraie désormais, tout comme le noir. On dit que seuls les enfants ont peur de l'obscurité, mais -encore une fois- on ne creuse pas assez profond pour savoir qu'il peut s'agir d'un réel traumatisme. Cette solitude, on veut la vaincre, et pour ça, on exige de la tendresse, de l'attention. On a besoin d'une personne sur qui compter. Une personne qui fait fuir les cauchemars, qui protège des démons du passé.

La musique et les road trips permettent d'oublier les troubles quotidiens, tout comme le tabac et une chose plus subtile dont on tait le nom. La mélodie enivre et transporte dans un autre monde. La vitesse d'une voiture, d'une moto, donne cette impression d'être puissant, invincible, maître du monde. Une bouffée de chaleur réchauffe les cœurs et fait fuir les vipères qui s'enroulent autour du cerveau, tout comme cette chose.
 

Anecdotes diverses

• Elle a le nez légèrement cassé depuis qu'elle a tenté de se battre contre un ivrogne.
• Elle dort avec son chien et a tendance à l'inviter à table.
• Elle adore les motos et souhaite les collectionner, elle n'a pas d'argent et vit dans une grenier.
• Elle est fan du rock des années quatre-vingt.
• Toute sa garde de robe appartient à son ancien patron qu'elle a cambriolé après s'être faite virer.
• Elle adore les tatouages et ne cherche pas à faire des choses particulièrement magnifiques.
• Elle aime les femmes et adore donner de faux espoirs aux hommes.

 

Raconte moi ton histoire


 La presse a longtemps parlé des Mangemorts déchus, de ces familles de sang-pur qui s’étaient retrouvées sans le sous du jour en lendemain. Mais seuls les grands noms étaient apparus sur les gros titres, les bafouant à jamais, devenant véritables sujets de haine et de moquerie. Et pourtant, certains de ces anciens partisans du Seigneur des Ténèbres avaient su disparaître à temps, s’échapper de ce monde sorcier pour être confondu avec le reste de la population. Ils n’avaient aucun mérite, aucune gloire, aucune reconnaissance. Ils ne s’étaient pas battus jusqu’au bout, leur raison et leur peur étaient arrivées à une conclusion qui ne laissait aucune place au doute ; La victoire ne serait jamais leur.

« Vous avez abandonné le Seigneur des Ténèbres. Vous êtes retournés dans votre pays natal au lieu de vous battre jusqu’au bout. Vous vous retranchez dans ce manoir en attendant que tout se passe, sagement protégés par la Mafia. » La gifle fut violente et résonna dans la pièce. La petite-fille ne baissa pas le regard pour autant et adressa une attention toute hautaine à son père. « Vous êtes des lâches. » Nouveau coup, mais aucun son de douleur ne vint perturber le lourd silence. Une main empoigna la crinière corbeau pour la faire lever de sa chaise et la plaquer contre le mur du salon. Les tableaux tremblèrent sous la force de l’action. Des prunelles d’un bleu sombre affrontèrent l’émeraude de la petite insolente.

« Nous n’avons pas abandonné le Seigneur des Ténèbres. Nous avons préservé nos vies pour son grand retour. Et si tu oses encore dire que nous sommes des lâches, je te fous aux cachots. J’ai été clair ? » Les cheveux furent lâchés, mais la fillette lui cracha au visage. On sortit une baguette d’une poche et des liens invisibles s’enroulèrent, comme des vipères, autour de son corps frêle. « Aux cachots. »

Les petites mains s’agrippèrent aux barreaux rouillés, les pieds se mirent sur leurs pointes alors que les jambes tremblaient, peureuses. Son regard embrassa le paysage qui s’offrait à elle. Un magnifique jardin aux haies immenses et aux fleurs exotiques. Une île, ils résidaient sur une île. La famille Croce avait acheté un domaine sur un lac en Italie, l’île de la Madre, et y avait expulsé tout touriste. Ils étaient désormais seuls et en sécurité, les bandits moldus étaient de leurs côtés, au plus grand désespoir de la fillette. Jamais elle n’avait eu la chance de mettre un pied sur la terre ferme, de découvrir le monde. Seul ce jardin lui était familier. Elle connaissait chaque pelouse, chaque arbre, chaque paon qui se baladait librement sur les graviers. Et les cachots, personne ne pouvait aussi bien les connaître qu’elle.

|||

L’Ecole de Magie ne durait pas toute l’année, on ne lui donnait pas la chance de pouvoir y résider pendant les vacances. On lui faisait quitter le Sud de l'Italie, là où l'école résidait loin des regards indiscrets. On lui retirait toute chance de bonheur, de renouveau, de normalité. La valise se posa lourdement au sol alors que son regard rencontrait le bateau de pêche de ses parents. Ses poings se serrèrent et son cœur pesa lourd dans sa poitrine, elle ravala un sanglot. Son esprit lui hurlait de fuir alors qu’il en était encore temps. Il fallait qu'elle reste avec les personnes qui lui permettaient d'aller mieux, ses professeurs n'étaient en rien aussi cruels que sa famille. Là-bas, elle vivait une vie de parfaite élève modèle sans le moindre soucis. Une main se posa sur son épaule et tout rêve de liberté lui fut arraché.

|||

La baguette était tendue devant elle, ses doigts se cramponnaient à ce manche. Le bois grinçait sous cette poigne et la magie refusait de s’y glisser. Les dents n’arrêtaient pas de s’entrechoquer alors que l’estomac était sur le point de céder. Le corps était droit, crispé, tous les muscles étaient tendus. Des centaines de pensées voyageaient, se combattaient alors que des éclairs crépitaient dans sa poitrine. « Tue ce chiot. »  Elle baissa son regard vers le petit animal au centre de la pelouse. Une goutte de sueur taquina sa nuque, la faisant douloureusement frissonner. « Fais-le. » La voix de sa mère était si froide, elle la heurtait. Ses yeux se fermèrent un instant alors que son bras tremblait. Le chiot poussa une longue plainte. « Liana. Je vais compter jusqu’à trois. Fais-le ! Prononce-le sort impardonnable. » Le temps sembla se figer et un éclair vert trancha l’air. L’animal se jeta au sol. Le paon derrière lui perdit aussitôt la vie. « Tu me déçois. Tu nous déçois. Remets le chiot dans sa cage. Je m’en vais informer ton père de ton échec cuisant. »

Sa tête se baissa, sa baguette était au sol. Son regard ne quittait plus l’objet, il le détaillait avec une telle haine que le bois semblait se fissurer. Le chiot gambada dans sa direction pour se réfugier dans ses bras. Elle le prit avec une délicatesse qui ne ressemblait en rien à sa famille et l’embrasse sur le sommet du crâne. Un dernier regard vers cette baguette avant de quitter les lieux. La magie rendait l’Homme mauvais.

|||

La lune caressait les draps en soie dans un geste doux. Le silence était reposant et ne laissait rien le faire chuter de son trône. La silhouette endormie remuait à peine dans son lit, ses cheveux étaient éparpillées en une auréole des plus sombres, sa peau blanche contrastait avec le corbeau de sa crinière. Une petite boule de poils dormait au pied de son lit. Le chiot était désormais un fier boxer qui lui était fidèle. Son seul et véritable ami.

La porte s’ouvrit dans un grincement, un visage se détailla dans la lumière argentée. Une baguette fut brandie en direction du lit et les pas se firent souples sur la moquette. Mais cela ne suffit pas à garder le sommeil de l’animal. Ce dernier se réveilla d’un bond et aboya. La jeune fille se redressa dans ses couvertures dans un cri effrayé. Le chien fut assommé et une main se plaqua sur les délicates lèvres rosées. Le regard émeraude croisa l’immensité bleue. Comme une vieille habitude, on la saisit par les cheveux pour la traîner dans le couloir. Ses hurlements ne dérangeaient en rien son père. Le rictus qui dessinait sa bouche miroitait à la lueur des torches.

On la balança dans une pièce qui lui était tout bonnement inconnue. Son regard apeuré s’attarda sur les lames et autres objets de torture qui ornaient les murs. Sa voix se fit plus fragile et surtout plus forte. Un maléfice la fit taire et la porte se referma. « Tu refuses de coopérer. Tu vas comprendre, ma fille, à quel point la force peut faire changer d’avis. »

|||

L’eau du bain était glaciale, elle mordait la peau nue sans aucune retenue. La chair de poule dansait sur cet épiderme blafard. Cette statue de marbre n’avait pas bougé depuis plus d’une heure déjà. L’eau teintée de rouge donnait un aspect morbide. Les plaies ouvertes enlaidissaient son dos, douloureux souvenirs de ce cuir qui avait fouetté son dos. Mais l’attention n’était plus tournée vers cette douleur. Non. Le regard émeraude, désormais aussi froid et dur que la roche, s’était posé sur le tatouage, cette marque des Ténèbres. L’encre avait été forcée dans sa peau.

Les gouttes d’eau résonnaient désagréablement aux creux de ses oreilles. Ses cheveux mouillés pendaient sales contre ses tempes, créant un rideau entre elle et le monde. Ses doigts tâtonnèrent le bord de la baignoire pour se saisir de sa baguette. Ils se refermèrent difficilement autour du manche de bois noir. La pointe fut tournée vers son poignet et elle retint sa respiration. « Diffindo ». La peau se déchira en une ligne parfaite qui défigurait cet odieux tatouage. Son cri ne put être étouffé. Elle n’irait pas plus loin, elle n’en avait pas le courage. Elle se recroquevilla sur elle-même, ses épaules secouées de sanglots. Là où le sang coulait désormais, là où s'étiraient les lèvres sanguinolentes de sa chair, on ne voyait qu'une brève esquisse pâle et grossière d'une marque qui n'était pas la sienne.

|||

« Gancio, tu es prêt ? » Le chien leva la tête dans sa direction et elle le gratifia d’une caresse. Le sac sur son dos et sa baguette en main, elle jeta un dernier coup d’œil au calendrier sur son mur. Un bref sourire étira son visage fatigué et elle s’autorisa un soupir. Elle était enfin majeure, libre de faire ce qu’elle voulait. Mais avant toute chose, avant toute idée de liberté, il fallait qu’elle s’évade de cette île, de cette prison. Son plan avait été longuement élaboré, chaque petit détail comptait. Une seule erreur et elle rejoignait les cachots. « On y va. »

Ses pas étaient feutrés et son allure lente. Sa silhouette se dessinait contre les murs, courbée. La lueur qui émanait de sa baguette était si discrète qu’elle peinait à marcher correctement. Son regard évitait soigneusement les portraits effrayants de ses ancêtres. Gancio la suivait sans un bruit, la queue entre les jambes, il ressentait la même angoisse que sa maîtresse. L’entrée du Manoir était enfin à sa portée quand un bruit de verre brisé la fit sursauter. Elle fit volte-face et tomba nez à nez avec sa mère. Cette dernière était enlaidie par les années et par la rage. « Comment oses-tu… » Sa fille fut plus rapide et le sortilège trancha l’air. Le corps paralysé de la Mangemort s’effondra sur le sol glacé. Le père était déjà au sommet des escaliers. « Liana ! Reviens ici tout de suite ! » Elle le toisa et ouvrit la porte à la volée « Vafencullo ! »

Sa course était laborieuse, la blessure à son genou n’avait pas eu le temps de cicatriser convenablement. Elle boitait et grinçait des dents. Son chien restait à ses côtés, poussant des plaintes effrayées lorsque le sortilège d’un vert flamboyant le manquait de peu. Liana ne pouvait plus faire demi-tour, son destin était tout tracé. D’un geste rapide, elle se saisit d’un balai qu’elle avait soigneusement dissimulé lors d’une de ses nombreuses balades. Le portail. Il fallait qu’elle ouvre le portail. Elle braya tous les sortilèges qu’elle connaissait. Le métal finit par exploser, lui donnant libre accès au lac. Gancio avait du mal à suivre désormais, les paons lui couraient après, ensorcelés. Il aboya pour alerter sa maîtresse.

Tout allait trop vite. Sa main agrippa le pelage de l’animal alors qu’elle criait son nom. La voix de son père résonnait dans le jardin, comme une lourde et mortelle menace. Mais elle n’en avait que faire. Elle bondit dans le vide, ne prenant pas la peine d’emprunter les escaliers.

Ses yeux se fermèrent. « Vole… Vole… Vole ! »

|||

« T’as pas de diplôme ? Aucune qualification ? Fous le camp de ma boutique ! » Geste grossier avant qu’on ne lui claqua la porte au nez. Un soupir s’échappa de sa gorge alors qu’elle adressait un regard désolé à son fidèle compagnon. « Désolée Gancio, tu vas encore devoir manger des rats. » Elle rejoignit le petit abri au coin d’une ruelle. Sa main se tendit d’elle-même vers les passants. La clope aux lèvres, elle adressa un regard haineux vers le ciel. Foutu monde de Moldu.

|||

Pré-au-Lard. Elle lâcha son sac et ouvrit grand les bras, avalant goulûment de grandes bouffées d’air. Il avait fallu plus de trois voyages pour enfin trouver cet endroit. Sa soif de tranquillité l'avait forcé à voyager partout en Angleterre jusqu'à qu'on lui conseille ce village. Ici tout le monde se ficherait de son nom. Un sourire ravi étira ses lèvres gercées et elle prit son chien dans ses bras. Deux longues années dans les rues avaient causé de nombreuses séquelles sur son corps, mon son moral restait toujours le même. Il y avait toujours un moyen de survivre. Hélas, elle était plus touchée que ce qu’elle le pensait. Se sevrer n’allait pas être simple, elle le savait.

|||

« Je te laisse une chance d’accord ? Une seule. » Le patron la pointa du doigt alors qu’elle hochait vivement la tête. « Tu sembles être agréable avec les clients, et surtout très bavarde. C’est ce qui me plaît chez toi. » Elle ne dit rien et le laissa la guider derrière le bar. « Interdiction de servir de l’alcool aux étudiants de Poudlard compris ? » Il se tourna vers elle « Bienvenue chez nous. »

|||

« Ce n’est pas parce que tu es habillé en Moldu que je ne te reconnais pas Henry. Pas d’alcool pour les élèves ! » Un rire lui vint alors qu’elle examinait la mine frustrée du jeune homme. Elle garda son plateau contre elle, prenant la commande des plus sages. L’un d’eux fit un commentaire sur le tatouage difficilement reconnaissable sous ses bracelets. Elle l’ignora superbement. « Alors Henry… » Ses mots moururent sur ses lèvres quand la porte s’ouvrit sur un homme tout de noir vêtu. Instinctivement, elle porta sa main à sa baguette, mais des doigts se verrouillèrent sur son poignet. « Pas de magie ici Croce ! Cinq ans que tu es là et tu n’imprimes toujours pas ! » Son regard ne quittait pas l’inconnu avant que celui-ci ne sorte un rapport du Ministère. La peur se délogea de son ventre. Sept ans qu’elle n’était plus sur cette île, neuf ans qu’ils pouvaient débarquer à tout instant pour l’emprisonner de nouveau dans leurs serres.

|||

Elle n'aurait jamais cru pareille chose possible, mais elle avait su rentrer en contact avec eux. Il ne s'agissait que d'une rumeur tombait de la bouche d'un client, mais elle avait su trouver la voie qui mènerait à l'Ordre. Il lui avait fallu des mois pour ne prononcer ne serait-ce qu'un mot à leur égard. Elle avait su faire ses preuves et même si la méfiance régnait quelque peu encore, Liana crevait d'envie de faire ses preubes. Un large sourire presque illuminé étirait désormais ses lèvres. Une grande inspiration fut prise avant qu'elle ne pousse un cri de joie. Quelques insultes furent proférés à travers des fenêtres ouvertes et Liana continua sa route, mains dans les poches. Elle avait su leur donner des noms. Enfin, elle se sentait utile et ce n'était pas ce maudit tatouage grossier de son père qui allait la faire chuter dans les abîmes des traîtres. Elle était prête à se battre.

 

Et toi ?

Je suis ton pire cauchemar  What a Face Et j'offre des bébés phoque à tout ceux qui m'ont reconnu! Faîtes gaffe ça devient moche quand ça grandit.
 

_________________


Runaway Train
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 11:03

Bienvenue parmi nous. nomnom
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Chace Crawford
Patronus : Frison
& You ... :
Baguette : Châtaignier, plume de Phoenix, 26 cm
Pouvoir : Occlumens
Metier/Maison : Gryffondor - 7ème année
Familier : Main Coon du nom de Horus
Gallions : 1224
avatar
Ramsès Sark
Neutre

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 14:35

Bienvenue Liana 10

_________________
I need you to warm the lonely nights, trust me. Oh pretty baby, don't bring me down I pray, now that I've found you. Let me love you.
© Moony
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Devon Bostick
Code Couleur : #AA0F00
Patronus : Chien du Groenland
& You ... :
Baguette : Noyer noir , plumes de griffon, flexible
Metier/Maison : Attrapeur de chez Gryffondor
Familier : Furet blanc nommé "Wing"
Gallions : 800
avatar
Juda Y. Snow
Armee de Dumbledore

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 20:06

Rebienvenue a toi o/

_________________

The only sound is the battle cry
Stars are only visible in darkness. Fear is ever-changing and evolving and I have been poisoned inside. But I, I feel so alive. Nobody can save me now The king is crowned It's do or die #AA0F00
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Kaya Scodelario
Code Couleur : #B5B093
Patronus : #puma
& You ... :
Baguette : Bois d'ébène; coeur de sphinx; 27 cm. Souple.
Pouvoir : #legilimens
Metier/Maison : #serdaigle - gardien
Gallions : 2001

Sorts & Capacités
Capacités Magiques:
Sorts acquis:
avatar
Luka Himìrson
Neutre

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 20:31

Rebienvenue o/*

_________________
give me your heart i'll give you mine  hopeless exchange chapter erased they say we're young too young to marry, not too young to die sometimes i wonder how i landed in a mess like this and then you're walking through the door and not a thing goes wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 23:33

Bon retour chez toi coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 23:50

Te voilà validé

Et voilà, ton nouveau bb est né ! Ton personnage est génial, et merci pour les modifications apportées. Vivement qu'on en apprenne plus en RP coeur

Maintenant que tu es validé(e), n'oublie pas de passer recenser ton avatar, ton rôle sur le forum (valable aussi pour les élèves) et ton patronus !

Tu peux aussi aller poster ta fiche de lien, ta liste de rp et aller chercher des rps ! Si jamais tu es encore un peu perdu(e), n'hésite pas à retourner chercher ton orientation et à nous contacter par mp !
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Marie Avgeropoulos
Code Couleur : #6A5ACD
Patronus : Caracal
& You ... :
Baguette : Tremble | 27cm | Ventricule de cœur de dragon.
Pouvoir : Occlumens / Loup-garou
Metier/Maison : Serdaigle / Poursuiveuse
Familier : Ryûk - Siamois
Gallions : 817
avatar
Emma Rowle
Partisan

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   Mer 12 Avr - 23:53

Rebienvenue tablounette, ton perso gère coeur

_________________
What a beautiful mess
[à changer] moondaygirl
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Runaway Train || Liana Croce   

Revenir en haut Aller en bas
 
Runaway Train || Liana Croce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Season's End :: Administration :: Présentations :: Fiches validées-