Partagez | 
 

 Confession du jour - Carl Basini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Feat : Sam Claflin
Code Couleur : #6699ff
Patronus : Jackalope
& You ... :
Baguette : Sorbier, 27 cm rigide, tige de dictame
Pouvoir : //
Metier/Maison : Psychomage
Familier : Chien
Gallions : 351
avatar
Carl Basini
Victime

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   Mar 8 Aoû - 21:21


Confession du jour
Carl Basini & Maëlle Blasco
Je pouvais sentir le coussin du canapé s’affaisser tout au long du petit voyage de la blonde jusqu’à ma personne. Je devais avouer être surpris par ce rapprochement rapide et inattendu, mais je ne fis aucun commentaire pour la brusquer, elle n’allait pas me mordre ou me frapper, je n’avais rien à craindre d’elle à part une étreinte ou un regard compatissant, qui oserait se plaindre qu’on lui donnât de l’affection. Je lui offris un sourire légèrement inquiet, ne sachant comment me comporter face à pareille réaction. Mais le silence fut de courte durée et je fronçai les sourcils face à sa réaction. Il était désormais notion de survie et Maëlle s’était portée volontaire de la mienne, nous nous connaissions à peine, et pourtant, nous voilà unis par un lien aussi invisible que tombé du ciel. Je ne savais quoi penser de toute cette situation. Je me grattai l’arrière du crâne avant de passer mes doigts dans ma barbe si courte.

Son aide, je n’y avais jamais pensé, mais voilà qu’elle me semblait bénéfique. La noirceur qui occupait le paysage de mon quotidien semblait déranger par une brève éclaircie dans l’horizon. « Maëlle… » Je n’eus pas le temps de continuer qu’elle poursuivait déjà ses paroles, enchainant les idées et les arguments comme pour me convaincre. C’était fascinant de la voir animer d’un feu nouveau, d’un nouvel objectif alors qu’elle était venue me voir dans son plus faible apparat, le désespoir enlaidissant ses traits si doux. Mon regard glissa du sien pour se perdre sur la main qu’elle venait de poser sur mon épaule. De cette paume émanait une chaleur bienvenue pour mon cœur effroyablement effrayé. J’avais beau jouer les braves, un événement comme celui-ci était douloureux et effrayant.

Et puis tout se brisa, elle reprit une attitude plus correcte, plus distante avant de boire sa tasse de thé. Je fis craquer mes doigts et mes yeux s’abimèrent à la contemplation de mes chaussures des plus anodines. « Tout le monde a la droit de vivre, c’est une liberté universelle. » Souris-je, fier de connaître mes cours avant de pousser un long soupir. « Mais la tyrannie des hommes nous privent de cette liberté et je ne sais pas s’il sera possible de la récupérer un jour. » Sans le moindre doute, je vins poser ma main sur la sienne comme pour la conforter dans son courage. « J’apprécie ton aide Maëlle et je ne vois pas pourquoi je la refuserai, mais il faut que tu comprennes. » Je cherchai son regard, penchant la tête sur le côté pour y arriver. « Il faut que tu comprennes que tu ne pourras peut-être pas me sauver. Ils sont nombreux et rien ne les arrête, pas même les sentiments humains. »

octobre 1997
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Laisse moi écouter ton cœur. Son histoire est haletante.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Gabrielle Wilde
Code Couleur : [color=#99ccff]
Patronus : Lionne
& You ... :
Baguette : Cèdre, 30 cm, plume de Phoenix
Pouvoir : /
Metier/Maison : Infirmière
Familier : /
Gallions : 516
avatar
Maëlle S. Blasco
Ordre

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   Dim 13 Aoû - 23:49

Elle était sûre de sa démarche et elle voulait surtout qu'il craque. Elle y mettait toute ses tripes pour qu'il finisse par lui dire : « D'accord, apprends moi ce que tu sais. ». Mais cela n'arrivait pas, pas assez vite à son goût à vrai dire. Après tout ce qu'elle avait pu dire, elle espérait de sa part qu'il se redresse, qu'il se motive, au moins pour elle, même s'ils ne se connaissent que depuis peu. Il fini par prendre la parole juste après elle pour répondre d'abord à sa question. Une réponse plus qu'évidente d'ailleurs. Elle y sourit très légèrement puis elle écouta ensuite ce qu'il disait à propos de cette liberté dont il parlait plus tôt. Elle commence à froncer les sourcils, elle ne veut pas croire une seule seconde que ces ordures puissent rester l'éternité à gouverner, semer la terreur et tuer leurs semblables.

Lorsqu'elle sentie la main de Carl sur la sienne, un frisson électrique lui parcoure d'un seul trait son bras et tout son corps. Elle baisse machinalement la tête, elle pense qu'elle rougit. Elle l'écoute parler de l'aide qu'elle lui propose, alors elle commence à craindre le pire. A vrai dire, elle ne sait même pas quoi répondre à ce qu'il vient de lui avouer. Elle ne veut pas croire à un tel relâchement. Elle regarde le sol, se redresse un peu, sentant toujours sa main sur la sienne. Elle ne l'a bouge pas, elle se contente juste de tourner la tête doucement vers lui.

« Je me fiche d'eux, ils ne me font pas peur. Si un mangemort s'approche de toi, je serai là pour te défendre, et toi aussi tu seras là pour défendre ta pomme parce que je vais t'apprendre des sors, correctement. »

Déterminée, elle se lève subitement, prenant sa tasse et sa coupelle à la main, le regard dirigé vers le chemin de la cuisine.

« Et ce n'est pas négociable. »


Elle emboîte quelques pas pour s'y rendre mais d'un coup elle se retourne pour le regarder une dernière fois avant de se rendre, vraiment, dans la dite cuisine.

« Tu verras, tu vas t'amuser, apprendre, et … Tu pourras profiter de ma compagnie en plus de ça ! » dit-elle sur un ton plaisantin avant de se rendre dans la cuisine pour déposer la tasse et la coupelle dans l'évier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Sam Claflin
Code Couleur : #6699ff
Patronus : Jackalope
& You ... :
Baguette : Sorbier, 27 cm rigide, tige de dictame
Pouvoir : //
Metier/Maison : Psychomage
Familier : Chien
Gallions : 351
avatar
Carl Basini
Victime

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   Lun 21 Aoû - 10:00

Carl Basini a écrit:

Confession du jour
Carl Basini & Maëlle Blasco
Je ne pouvais pas la raisonner, il fallait que je me fasse à cette idée. Avais-je réellement le droit de m’inquiéter pour elle alors que nous nous connaissions à peine ? Avais-je le droit de prendre pareils risques alors que j’avais su rester caché depuis le début de l’apocalypse ? Le doute était désormais si présent dans mon être que je pouvais sentir mon cœur râler de ce rythme abominable que je lui imposais. Son regard cherchait timidement le mien, qu’avait-elle en tête ? Cette question me torturait et il n’y avait aucun moyen de me fournir une réponse convenable, je devais chasser la frustration avant qu’elle ne me dévore de l’intérieur.  

Sa soudaine motivation à me garder en vie devenait inquiétante pour le pyschomage que j’étais.  Un attachement si précoce pouvait causer de terribles conséquences, pouvait donner des informations sur la personnalité et les problèmes du patient. L’image de ma sœur me revint en mémoire et je serrai les poings. Je n’avais pas été assez professionnel à cette époque, sa mort ne cessait de me tourmenter et de me rappeler à quel point je pouvais être faible dans mes actions.

Avais-je le droit de me rassurer en me disant que Maëlle était une adulte et non une enfant ? Qu’elle avait une plus grande connaissance de ses actes et qu’elle réfléchissait avant de parler ? Avais-je le droit d’ignorer mon empathie à son égard ? Mon côté croyant me soufflait qu’il s’agissait d’un ange tombé du ciel et que sa main tendue dans ma direction était mon unique porte de sortie. Ses paroles emplissaient l’air et comblaient la moindre zone de silence. Ma voix était terrée dans ma gorge, ne sachant pas quoi dire.

Je la regardai ranger sans piper le moindre mot, ayant l’impression d’être impuissant face au destin qu’elle me traçait. Mais étais-je réellement à plaindre d’être face à une personne qui était prête à risquer sa vie pour moi ? Clairement non, je devais arrêter de douter et foncer tête baissée, d’empoigner sa proposition pour la garder avec moi. Je me redressai et attrapai mes affaires pour la rejoindre dans ma cuisine aussi rangée qu’un champ de bataille. « Bien alors si ce n’est pas négociable. »

Je lui offris un sourire sincère et vidai le reste de mon thé froid dans l’évier. Je retenais sa dernière phrase dans un coin de mon esprit. Sa compagnie, il n’y avait plus de doutes sur ce que je pensais plus tôt, mais interdiction de parler de ceci maintenant, ça ne serait que jeter de l’huile sur le feu. « Quand commençons-nous alors Maëlle ? » Devais-je toujours me considérer comme son psychomage ? Ou comme une connaissance qui cherchait à se rapprocher davantage ? Les questions restaient en suspens dans un air lourd d’incertitude.


octobre 1997
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Laisse moi écouter ton cœur. Son histoire est haletante.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Gabrielle Wilde
Code Couleur : [color=#99ccff]
Patronus : Lionne
& You ... :
Baguette : Cèdre, 30 cm, plume de Phoenix
Pouvoir : /
Metier/Maison : Infirmière
Familier : /
Gallions : 516
avatar
Maëlle S. Blasco
Ordre

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   Jeu 7 Sep - 14:08

Alors que Maëlle venait de poser sa tasse dans l’évier, elle était maintenant prise dans une sorte de tourbillon où elle se rendit compte qu’elle était rentrée un peu plus dans la vie intime de Carl. Elle se retourna, le bas du dos contre le plan de travail, les mains accrochés à celui-ci, et elle se mit à observer son environnement.

La cuisine n’était pas très bien rangée, elle était propre mais du bazar régnait et elle songea à ce que le psychomage lui avait dit quelques minutes plus tôt : son appartement avait été visité, retourné, sûrement par des mangemorts. Le problème évidemment est que maintenant qu’ils savent où Carl habite, comment peut-il continuer à vivre ici ? Si ce ne sont pas des cambrioleurs qui sont venus et alors ces sbires de la mort, alors il n’est plus en sécurité ici. Elle ne l’entendit pas parler avant de la rejoindre dans la cuisine mais quand celui-ci arriva, elle sortit immédiatement de ses pensées, comme s’il venait de lui faire peur, de la troubler.
Il lui sourit, elle lui sourit en retour, mais les sourcils un peu baissés, elle pensa encore au fait qu’il pouvait disparaître d’ici peu si elle ne faisait pas quelque chose dans l’urgence. Elle était inquiète pour sa sœur, entourée par des mangemorts, mais elle n’était pas seule contre eux. Et lui, il n’est pas seul car elle est là maintenant pour lui venir en aide.

Lorsqu’il lui demande quand est-ce qu’ils comptent commencer l’entraînement, elle ne sait pas quoi répondre. Elle se contente de se décoller du plan de travail, elle caresse la table devant elle du bout des doigts en mettant une de ses mains dans la poche de son jean. Elle réfléchit à ce qu’elle pouvait lui répondre : « Bientôt », « Quand tu te sentiras prêt », « Quand tu auras dégagé d’ici, tu n’es plus en sécurité chez toi », mais alors où pouvait-il aller ? Elle se tourne légèrement vers lui, la tête un peu baissée, le regard vers la table et ses doigts.

« Si tu as découvert il y a peu de temps que des gens étaient venus fouiller ici, si ce sont des mangemorts qui sont venus, n’as-tu donc pas peur qu’ils reviennent et qu’ils te tuent sans aucune pudeur ? »

Elle relève alors les yeux vers lui, attendant une réponse sincère. Elle veut l’aider, pour sûr, elle le fera quoi qu’il arrive, mais elle ne peut rester indifférente face au danger qui se dresser face à lui mais aussi face à elle. Après tout, ils pourraient revenir qu’elle soit ici ou pas.

« Il ne faut prendre aucune probabilité à la légère, il faut que tu te trouves un autre endroit où aller. Je ne peux rien t’apprendre de concret en si peu de temps, s’ils reviennent ce soir ou demain, tu ne seras pas prêt à les affronter seul. A moins de fuir face à eux mais ils te rattraperont tôt ou tard … As-tu un autre endroit où vivre ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Sam Claflin
Code Couleur : #6699ff
Patronus : Jackalope
& You ... :
Baguette : Sorbier, 27 cm rigide, tige de dictame
Pouvoir : //
Metier/Maison : Psychomage
Familier : Chien
Gallions : 351
avatar
Carl Basini
Victime

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   Sam 30 Sep - 11:25


Confession du jour
Carl Basini & Maëlle Blasco

Elle soulevait une remarque qui ne m’était pas réellement venu à l’esprit d’ailleurs. Mon appartement n’était plus un lieu sûr, le lieu où j’accueillais le peu de clients qui souhaitaient encore me voir. Je ne savais plus quoi faire, je ne savais plus quelle direction prendre. Devais-je demander à des amis moldus de m’accueillir quelques jours le temps que je règle ma situation ou devais-je me planquer chez les sorciers ? Je plongeai mon regard dans le sien, savourant les quelques minutes accordées à ma réflexion. « Je ne sais pas. Si je vais chez un ami moldu, il risque de mourir. Mais si je me réfugie chez un sorcier, il risque le même sort. » Je croisai les bras et commençai à faire les cent pas comme un lion en cage.

Je n’en pouvais plus de cette guerre, de cette situation, pourquoi ne pouvait-on pas y mettre simplement un terme ? Ce n’était pas de la colère, mais du désarroi, comment en étions arrivés là ? Comment le monde sorcier avait pu se plier à pareil radicalisme ? Pourquoi n’avions-nous rien fait ? Je fus pris d’un soupir et passai une main dans mes cheveux, particulièrement déçu de cette communauté que j’avais jugé merveilleuse lors de mes débuts dans leurs rangs. Je reportai mon attention sur Maëlle. « Je trouverai un moyen d’être loger autre part, ne t’inquiète pas. » souris-je alors qu’à l’intérieur de mon crâne régnait encore l’anarchie des questions et des doutes.

« Il faut que l’on trouve un autre moyen de communiquer autre que les hiboux, ils les contrôlent désormais. » Je m’installais contre le plan de travail, croisant les bras pour lui faire face. « N’oublie pas que l’aide s’applique dans les deux sens. Je peux t’aider et tu peux m’aider, mais dans des domaines différents. » Je restais encore un psychomage et je connaissais la pression de ce genre de situations, alors si elle avait besoin de moi, je me rangerai à son service pour être sûr de la voir survivre.

octobre 1997
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Laisse moi écouter ton cœur. Son histoire est haletante.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Gabrielle Wilde
Code Couleur : [color=#99ccff]
Patronus : Lionne
& You ... :
Baguette : Cèdre, 30 cm, plume de Phoenix
Pouvoir : /
Metier/Maison : Infirmière
Familier : /
Gallions : 516
avatar
Maëlle S. Blasco
Ordre

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   Mar 10 Oct - 19:19

Elle l’observait intensément, et pour cause, elle attendait une réponse. Elle était inquiète de ce qu’il pouvait lui arriver, elle ne le connaissait pas depuis très longtemps mais elle ne voulait pas voir une autre personne mourir par sa faute, par son manque d’attention, à cause de cette guerre civile entre les sorciers où les moldus sont aussi touchés. Bien sûr, elle se mêlait souvent de ce qui ne la regardait pas, c’est son problème à lui mais elle veut l’aider à tout prix. Elle accepte son regard dans le sien, elle le soutient même. Elle écoute sa réponse, elle ne sait pas quoi dire. Elle n’ose pas l’inviter chez elle, serait-ce trop ? Elle a peur d’un refus, d’aller trop loin. Elle est déjà chez lui, en tant que patiente, normalement, mais cela s’est un peu décalé par la suite. Elle le regarde faire maintenant les cent pas, elle a envie de l’arrêter mais elle se contente de ne pas bouger et d’appuyer un peu plus ses doigts sur la table. Lorsqu’il s’arrête enfin, il passe sa main dans ses cheveux, soupir et se tourne vers elle, la blonde. Il sourit en disant qu’il trouvera un moyen de se loger ailleurs. Elle lui sourit légèrement en retour, pour lui faire croire qu’elle en est persuadée, qu’elle le croit.

Tout s’enchaîne assez vite, changer le moyen de communiquer, plus de hiboux. Mais qu’en est-il du courrier des moldus ? Nous ne sommes pas sûr qu’il soit surveillé lui aussi. Elle regarde le sol, songeant à cela. Le téléphone peut-être ? Rien n’est certain, rien n’est sûr. Elle écoute encore les dire de Carl, par rapport à l’entraide qu’ils s’affichent l’un à l’autre. Elle lève le regard, lui qui est contre le plan de travail, où elle était plus tôt, les bras croisés. Il la regarde, elle en fait de même. Elle se contente de hoche la tête, de comprendre tout à fait. Si elle a besoin d’un suivi psychologique, évidemment, elle saura vers qui aller. Elle regarde l’heure sur l’horloge murale, elle doit aller faire son service de nuit à l’hôpital, même si elle n’a pas envie de le laisser tout seul. Elle se décroche de la table, fait un pas vers lui, le regardant dans les yeux, déterminée.

« Carl, je … »

Elle se ressaisit d’un coup, se tenant un peu plus droite. Elle prend une inspiration puis elle soupir assez rapidement, relâchant son corps, au final.

« … Je dois y aller, je dois … Aller faire mon service, je n’ai pas le droit à l’erreur. Merci en tout cas pour tout ça. »

Elle regarde une nouvelle fois ses yeux, non pas pour pénétrer en lui, se fondre dans son regard, mais juste pour regarder ses yeux, en voir les couleurs, les détails. Elle secoue légèrement la tête, ne sachant que dire ou que faire dans cette situation, si bien qu’elle en est quelque peu mal à l’aise.

« Je suis désolée. »

Elle se recule pour se diriger là où l’avait accueilli son hôte afin d’entendre ses problèmes récents. Elle prit la lanière de son sac dans la main et le mit sur son épaule. Elle doit partir, elle doit lui dire au revoir, mais elle n’a pas envie que cela devienne un adieu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Confession du jour - Carl Basini   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confession du jour - Carl Basini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Clément & André: Le jour de la pizza(Sortie de 25)
» Et si aujourd'hui était votre dernier jour à vivre?
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» mettre à jour ses pilotes
» Un cadeau par jour!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Season's End :: Londres :: Londres Moldu :: Banlieue de Londres-