INFOS UTILES
MEMBRES DU MOIS


EFFECTIFS
Groupes :
10 16 13 16 10 9 7


Années :
◼︎ 1ère année : 0
◼︎ 2ème année : 0
◼︎ 3ème année : 0
◼︎ 4ème année : 6
◼︎ 5ème année : 3
◼︎ 6ème année : 19
◼︎ 7ème année : 27
Merci de privilégier les autres années que la 7eme année

Camps :

7 9 7 6
FEMMES MANGEMORTS FERMEES

Statut de sang :
◼︎ 31 Sangs pur
Creation de nouvelles familles interdite
◼︎ 38 Sangs mêlés
◼︎ 13 Nés moldus

Capacités magiques :
◼︎ 03/05 Vampires
◼︎ 04/05 Loups garous
◼︎ 03/05 Loups garous griffés
◼︎ 04/05 Métamorphomages
◼︎ 05/05 Animagus
◼︎ 04/05 Occlumens
◼︎ 04/05 Legilimens
◼︎ 04/05 Voyants
◼︎ 03/05 Empathe

MAJ le : 12/07/2017

NOUVEAUTES
◼︎ Death Eater is among us !
◼︎ Les rumeurs


INTRIGUES EN COURS
◼︎ INTRIGUE D'HALLOWEEN

COURS DU MOMENTS
◼︎ POTIONS - 6emes années
◼︎ ASTRONOMIE - 6emes années
◼︎ CREATURES MAGIQUES - 6,7èmes années

LES RUMEURS
◼︎ Gareth Rowle est le nouveau ministre de la magie ! Nous sommes heureux de pouvoir le féliciter pour son nouveau poste !
◼︎ Une nouvelle réforme est lancée à Poudlard : soutenue par son nouveau directeur, Severus Rogue, la nouvelle équipe éducative est motivée à faire bouger les choses ! Il était temps !
◼︎ Les aurors ont presque réussi à attraper Harry Potter à Poudlard. Nous sommes presque surs qu'il a été blessé dans la manoeuvre et c'est tant mieux !
◼︎ Nous avons appris de sources sûres qu'une décision de l'équipe pédagogique de Poudlard empêche les enfants sang-de-bourbes d'aller à Pré-au-Lard ! Quelle grande idée !


Give me your strength. | Reginald



Partagez | 
 

 Give me your strength. | Reginald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feat : Maggie Smith
Code Couleur : #cc99cc
Patronus : Chat tigré
& You ... :
Baguette : Bois de Sapin - Ventricule de cœur de dragon - 23,75 cm - rigide
Pouvoir : Animagus
Metier/Maison : professeur de métamorphose & Directrice de la maison Gryffondor
Gallions : 186
avatar
Minerva McGonagall
Ordre

MessageSujet: Give me your strength. | Reginald   Dim 11 Juin - 15:27

Give me your strength.

 

20 Oct. | Le mois d'Octobre avait déjà bien avancé. Toujours plus sombre, dévorant encore un peu plus l'espoir qui luisait en beaucoup de voir ce cauchemar s'arrêter. Les « sangs-de-bourbes » n'étaient plus des élèves tranquilles, servant désormais de pâture aux mangemorts, partisans et miliciens qui s'adonnaient à des séances de torture avec grand plaisir. Minerva, elle, assistait à tout ce désastre. Ses yeux clairs ne cessaient de voir l'horreur qui grandissait dans l'enceinte de cette école qu'elle souhaitait protéger de tout. Ses tympans ne cessaient d'être secoués par les cris de douleurs, les pleurs. Cet établissement que son grand ami Dumbledore avait toujours mit à l'abris n'était plus un havre de paix et de protection. L'animagus se sentait totalement impuissante face à tout cela, et quand bien même elle s'était interposée face à Ophélia Reaver, son espoir de lui tenir tête s'était écroulé lorsqu'elle avait vu une élève se faire tuer sous ses yeux, par sa faute. La douleur avait mordu son cœur, et Minerva avait mit du temps à se remettre de cet acte qui résultait de son envie de faire face au mal qui résidait entre ces murs. Mais elle s'était relevée, finalement. Elle s'était relevée, parce qu'il le fallait. Il fallait qu'elle continue de se montrer là pour les élèves qui la considérait comme peut-être l'un des derniers pilliers résistant à cette prise de pouvoir. Et pour eux, pour tout ces jeunes sorciers qui ne demandaient qu'à être sauvés de ce cauchemar, Minerva devait se battre et entretenir l'espoir qui vivait en elle.


Ainsi, lors de ses cours, la directrice de Gryffondor gardait la tête haute, la stature droite et imposante, sa voix raisonnant stricte et forte. Et malgré la souffrance et le chagrin que lui procuraient ces temps si sombres, la professeure de métamorphose se devait de ne rien montrer à son entourage. Elle voulait continuer de montrer qu'elle se battrait à leurs côtés, et qu'elle serait toujours une forme de résistance même si cela la conduisait souvent vers cette exposition au danger. Et peut-être que viendrait ce jour où elle serait abattue pour avoir tenté de renverser la donne. Peut-être qu'un mangemort se chargerait de la tuer pour mettre fin à ce grand espoir qu'elle représentait pour beaucoup avec Harry potter et ses deux compagnons. Mais pour le moment, ils étaient hors de l'école, et c'était à la vieille femme de se charger de la protection des élèves autant qu'elle en avait la possibilité. Pourtant, elle ne pourrait pas tout réaliser toute seule. Elle avait besoin de force, Minerva. Elle avait besoin de la présence d'élèves autour d'elle. Parce que même si elle était sûrement une source de force pour eux, Minerva considérait ceux-là de la même façon. Elle avait besoin d'eux pour avancer, mais certains n'osaient peut-être pas se lancer dans un tel danger. C'était compréhensif. Minerva ne pouvait que comprendre cette décision de rester à l'écart de tout ça. Mais certains de cette partie avaient de grandes capacités qui pourraient aider à protéger les autres, et ses pensées s'étaient tournées vers un sorcier brillant : Reginald Bootes. Cet élève de Serdaigle, qui n'avait jamais vraiment travaillé pour obtenir de si grands résultats, avait des acquis qui, aux yeux de l'animagus, ne devaient pas être laissés de côté. Elle avait besoin de cette force tranquille qu'il était.


Ainsi, elle l'avait convoqué quelques instants plus tôt dans sa salle, et c'est d'un regard sérieux qu'elle observait quelques fois la porte entrouverte de sa classe, déposant ses lunettes sur un coin de son bureau, la mâchoire serrée, le cœur battant chaque minute un peu plus fort, alors que ses mains venaient ranger son bureau correctement. Elle espérait qu'il accepte ce qu'elle avait à lui demander. C'était important.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
DIRECTRICE DE GRYFFONDOR
© QUIET RIOT
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Ross Butler
Code Couleur : #6699FF
Patronus : Rouge Gorge
& You ... :
Baguette : Bois de mélèze - 34,29 cm - crin de licorne, flexibilité rigide
Metier/Maison : Serdaigle
Gallions : 270
avatar
Reginald Bootes
Neutre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Dim 11 Juin - 21:38

Give me your strength.

 

20 Oct. | Il avait bien des raisons de se méfier de cette entrevue, c’est le pas lourd que Reginald Bootes se dirigeait vers le bureau du professeur McGonagall. Trainant les pieds, la tête basse, il arpentait à contre cœur les couloirs de Poudlard les sourcils froncés et la mine grave. Convoqué plus tôt, il n’avait trouvé sur le moment aucun prétexte pour échapper à la directrice des Gryffondor et pris au dépourvu, il avait été contraint de lui répondre qu’il se présenterait plus tard à sa porte comme elle le lui avait demandé. Le Serdaigle n’avait de toute façon jamais été prédisposé à dire non et quand on lui intimait de faire quelque chose, il s’exécutait sans broncher craignant toujours quelques représailles s’il se mettait à dos qui que ce soit en la contrariant. Et, que Merlin lui en soit témoin, jamais il n’avait souhaité mettre Minerva McGonagall en colère, une grande dame pour qui il avait beaucoup de respect.

Seulement il était inquiet. La directrice était de celle qui voulait le convaincre de s’impliquer, du moins l’avait-elle laissé entendre à demi-mot lors d’un précédent entretient qu’il avait vite fait d’écourter en prétextant ne pouvoir s’éterniser. Elle l’avait laissé filer, mais quelque part Reginald avait été convaincu qu’elle ne lâcherait pas si facilement l’affaire. Il se précipitait donc toujours à la fin des cours de Métamorphose pour être de ceux qui s’échappaient de la pièce en premier afin d’éviter toute confrontation avec l’animagus. Manque de bol, McGonagall cette fois ci avait réussi à l’intercepter entre deux couloirs pour lui passer le message.

Frottant sa paupière avant de souffler bruyamment, à quelques mètres de la porte du bureau de la directrice il s’arrêta, s’adossa quelques instants au mur et se pencha légèrement en avant. La perspective de s’entretenir avec la respectueuse sorcière lui tordait les boyaux, celle qu’on le pousse contre son gré à prendre quelques responsabilités lui filait la nausée. Comment était-il seulement censé s’en sortir ? Il avait l’impression d’être pris au piège. Dépourvu d’éloquence, il n’allait certainement pas réussir à clarifier les choses ou même défendre soin point de vue. Quel était il seulement ? Il l’ignorait lui-même.

Mais peut-être n’avait-elle rien de trop sérieux à lui demander, espérait-il vainement. Peut-être, continuait-il à souhaiter silencieusement pour se donner du courage, ne voulait-elle que lui confier quelques devoirs supplémentaires pour le pousser à aller de l’avant, rien qui n’ait affaire finalement de près ou de loin avec la résistance. Loin d'être convaincu, le simple fait de converser avec une heroïne comme McGonagall suffisant à l'impressioner, il réajusta les lanières de son sac sur son dos et défit légèrement le nœud de sa cravate qui étrangement semblait soudainement l’étouffer. Le grand gaillard se redressa alors et d’un pas mal assuré, se présenta à l’embrasure de la porte entrouverte.

« Vous vouliez me voir, professeur ? »

Quelques instants plus tard, il s’avançait toujours aussi gauche vers le bureau derrière lequel elle se tenait, ne soutenant que bien peu le regard droit de la directrice qui l’observait, se concentrant plutôt sur ses indémodables et sévères petites lunettes qu’elle avait posées sur un coin de la table et qui semblaient, elles aussi, juger sa grande maladresse.  
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
TELL ME EVERYTHING
IS GONNA BE FINE
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Maggie Smith
Code Couleur : #cc99cc
Patronus : Chat tigré
& You ... :
Baguette : Bois de Sapin - Ventricule de cœur de dragon - 23,75 cm - rigide
Pouvoir : Animagus
Metier/Maison : professeur de métamorphose & Directrice de la maison Gryffondor
Gallions : 186
avatar
Minerva McGonagall
Ordre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Mer 14 Juin - 17:11

Give me your strength.

 

Les minutes d'attentes semblaient interminables pour Minerva qui avait finalement fini de ranger son bureau avec calme malgré le fait que son cœur battait toujours un peu plus fort au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Ses yeux clairs ne cessaient de se tourner vers la porte de sa salle où elle espérait voir la carrure de Reginald entrer dans la pièce. Cependant, pour le moment, elle était seule, et le silence régnait, la vieille femme ayant prit place derrière son bureau, debout avec cette stature toujours aussi droite. Elle était impatiente, l'animagus, d'en venir au fait, mais elle avait également une grande apréhension quant aux réponses qu'elle recevrait lors de cette discussion qui lui tenait tant à cœur. Pourtant, elle allait devoir y faire face dès les instants à venir, car alors qu'elle s'occupait à remettre sa robe de sorcier correctement, la voix du garçon retentit au bout de la salle dédiée à la métamorphose et la directrice de Gryffondor releva la tête, son regard sérieux mêlé à cette angoisse présente en elle observant l'élève de Serdaigle. « Bonjour, mr Bootes. Il se trouve en effet que je vous ai convoqué afin de discuter d'un sujet très important. » dit-elle d'une voix forte mais beaucoup moins stricte que lorsqu'elle faisait ses cours, avant de reprendre la parole, son bras s'allongeant soudainement pour que sa main lui désigne une place au premier rang. « Veuillez vous asseoir, je vous prie. » ajouta t-elle avant de joindre ses mains et de s'avancer, se retrouvant désormais devant son bureau, debout face à ce brillant élève dont elle avait besoin en ces temps si sombres. Toujours aussi forte face aux jeunes sorciers, la directrice des rouge et or gardait la tête haute, tentant de mettre de côté un moment le chagrin et la colère qui la rongeaient face à ces derniers mois.



Durant quelques instants, ses yeux clairs ne quittèrent pas le visage de Reginald qui semblait fuir tout contact visuel avec elle et qui n'avait pas l'air fort dans son assiette. Un silence tomba de nouveau pendant quelques secondes. La professeure de métamorphose ne savait pas par où commencer afin de ne pas brusquer les choses et ne pas presser le Bootes. Elle comprenait parfaitement le fait que bon nombre d'élèves préféraient se mettre sur le côté, dans l'ombre afin de ne courir aucun danger et rester tranquillement dans leur coin. Mais les mangemorts, partisans et miliciens prenaient toujours plus de plaisir à allonger la liste des blessés et des morts, et il était temps de protéger plus encore tous ces étudiants sorciers exposés au danger. Minerva ne pouvait y arriver seule, et elle souhaitait que les acquis de Reginald ne soient pas laissés à l'abandon. Ainsi, elle porta un instant l'une de ses mains sur sa tempe, comme si son esprit était occupé à la réfléxion, sa mâchoire se serrant un peu avant que finalement ne raisonne sa voix, calme et sérieuse. « Avez-vous une quelconque idée de la raison pour laquelle je vous ai convoqué ici, Reginald Bootes ? » demanda t-elle d'abord, son regard luisant d'une légère angoisse toujours fixé sur le garçon, McGonagall se lançant petit à petit dans le vif du sujet. L'heure était grave, et l'animagus, synonyme de résistance pour beaucoup, avait besoin de la force des élèves pour tenir tête à ces êtres abjectes et leur montrer que Dumbledore, ce grand ami qu'elle avait tant aimé, n'était pas mort en vain.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
DIRECTRICE DE GRYFFONDOR
© QUIET RIOT
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Ross Butler
Code Couleur : #6699FF
Patronus : Rouge Gorge
& You ... :
Baguette : Bois de mélèze - 34,29 cm - crin de licorne, flexibilité rigide
Metier/Maison : Serdaigle
Gallions : 270
avatar
Reginald Bootes
Neutre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Jeu 15 Juin - 11:39

Give me your strength.

 

20 Oct. | Comme s'il portait le poids du monde sur son dos, la traversée de Reginald faisait peine à voir tant elle semblait pénible. Seulement contrairement à bien des camarades, son lot n'était pas le désespoir mais bien la honte. Un sentiment écrasant et dévastateur qui courbait ses épaules et le forçait à garder les yeux rivés vers le sol sous peine de croiser ceux accusateurs de nombre de ses camarades lui reprochant de ne pas en faire plus. Ses amis menaient le même combat et ensemble ils se donnaient l'impression d'agir de manière pondérée et juste, en réalité, ils étaient des lâches qui assumaient à des degrés divers de ne s'impliquer dans rien. Ils voulaient juste la paix, et si d'autres pouvaient la leur obtenir sans qu'ils n'aient à se salir les mains, c'était tant mieux.

Côté mine épouventable, le professeur McGonagall n'était pas en reste. Jamais Reginald ne l'avait senti si soucieuse et bien qu'elle s'achemine à garder la tête haute, cette grande dame semblait à deux doigts de perdre pied aujourd'hui. Une idée évidemment qui le terrifiait. Il y avait de ses personnes sur qui on comptait pour garder espoir, et la directrice des Gryffondor étaient de ceux-là. Le simple fait de se tenir seul devant elle l'impressionnait au plus haut point, il mesurait sa petitesse, écrasé par l'aura d'une personnalité respectée et chérie par nombreux dignes sorciers. Une légende, ni plus ni moins.

À l'annonce d'un sujet important à aborder, Reginald resserra ses deux mains sur les lanières de son sac à dos, hocha docilement la tête et pris place comme le professeur venait de l'inviter. Ses yeux rivés sur le bureau propret et bien rangé de la directrice, le Serdaigle contractait sa mâchoire pour cacher avec difficultés son embarras. Une petite voix lui intimait pourtant de lever la tête, une autre plus autoritaire ne le lui permettait nullement. Où trouver l'audace de le faire ? Il n'avait aucune raison d'assumer ce qui allait suivre.

Le silence alors. Ni l'un ni l'autre ne semblaient vouloir le briser et chacun, sans doute, préparait le terrain pour la conversation qui allait suivre. Reginald tout du moins était partis à la recherche d'argument implacable, ceux qui lui permettraient de s'en tirer sans trop de difficultés et ce sans décevoir la grande dame qui se tenait debout devant lui. Un exercice complexe, il devait garder en mémoire que quoi qu'il fasse, quelqu'un, quelque part, lui en voudrait.

Lorsqu’enfin la directrice prit la parole, Reginald fut tout d'abord reconnaissant qu'elle mette fin à cette longue agonie silencieuse avant d'être bouleversé par sa manière d'amorcer les choses. De mauvais gré, il secoua la tête de droite en gauche en relevant les épaules, mimant qu'il n'en savait rien, jouant à l'imbécile. Mais bien vite, déçu de sa propre couardise et n'étant pas aussi idiot qu'il voulait bien le laisser croire, il soupira.

« J'en ai bien une. »

Marquant ici une pause que McGonagall respecta, Reginald pinça ses lèvres, ses deux mains toujours fermement accrochées aux lanières de son sac comme s'il se savait capable de quitter les lieux à tout moment.

« Professeur, vous faites erreur en vous adressant à moi. J'en suis incapable. »

Finit-il enfin par conclure, mortifié, toujours incapable de la regarder dans les yeux. Elle n'avait rien annoncé mais s'il avait vu juste, sûrement comprendrait elle sans qu'il n'ait besoin d'en dire plus. Un reflexe idiot lui fit jeter un coup d'oeil à la porte derrière son dos, comme s'il craignait d'avoir été entendu. Les murs ont des oreilles dit on, pour ceux de Poudlard cette expression s'était verifié mille fois. Seulement encore une fois, il s'en voulu que le professeur en sois témoin, qu'elle constate par ses propres yeux qu'il était un pleutre et en même temps... Cela le sauvrait peut être de quelques responsabilités dont il n'avait jamais voulu. Pourquoi chercher son aide si grand gaillard qu'il était il avait pourtant peur de sa propre ombre aujourd'hui ?
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
TELL ME EVERYTHING
IS GONNA BE FINE
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Maggie Smith
Code Couleur : #cc99cc
Patronus : Chat tigré
& You ... :
Baguette : Bois de Sapin - Ventricule de cœur de dragon - 23,75 cm - rigide
Pouvoir : Animagus
Metier/Maison : professeur de métamorphose & Directrice de la maison Gryffondor
Gallions : 186
avatar
Minerva McGonagall
Ordre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Ven 16 Juin - 19:25

Give me your strength.

 

Minerva observait l'élève de Serdaigle s'avancer jusqu'au premier rang qu'elle lui avait désigné d'un signe de la main, ses yeux clairs luisant de sérieux et d'angoisse en même temps. La démarche qu'il avait en posant un pas de plus à chaque fois vers elle lui donnait cette impression qu'il redoutait cet instant, et l'animagus n'allait malheureusement rien pouvoir faire pour le rassurer étant donné que la raison de sa convocation le rebuterait sûrement. Pourtant, l'espoir vivant au sein de la directrice de Gryffondor concernant Reginald n'avait pas cessé de luire. Elle avait des arguments pour lui faire comprendre qu'elle avait besoin de son aide et que tous les acquis qu'il avait en sa possession ne pouvaient être gardés plus longtemps sur le côté. Pas maintenant. Plus maintenant. Le voile noir qu'avaient installé les mangemorts sur l'école ne cessait de s'assombrir, et c'était le destin de beaucoup d'élèves qui se retrouvaient dorénavant entre les mains de Minerva et de toutes les forces qu'elle pourrait accueillir à ses côtés. Il était évident que, seule, elle ne pourrait résister. Certes, elle était forte, puissante, grande. Mais elle était humaine avant tout, non immortelle et imbattable, et jamais elle ne pourrait tenir tête à ces êtres abjectes sans l'aide des étudiants sorciers envers lesquels elle avait totalement confiance quant aux désirs qu'ils abritaient et leurs capacités.



Le Bootes faisait parti de l'un d'eux, et un lourd silence tomba durant quelques instants lorsqu'il prit place, avant qu'elle ne le brise, observant avec attention ce visage dont les yeux faisaient en sorte de ne pas se poser sur elle, écoutant ensuite ce qu'il avait à dire avec grand intérêt. Ses mains étaient jointes contre son bas-ventre, et c'est la mâchoire serrée que la directrice de Gryffondor lui laissait le temps de répondre. Elle ne voulait pas le presser, le bousculer. Ce n'était évidemment pas le but, ni dans ses traits de caractère. Elle avait bien remarqué qu'il avait tenté de se voiler la face durant les premiers instants, et les paroles qu'il prononça ne la surprirent pas, ses yeux commençant pourtant à tressaillir sous le chagrin, l'angoisse, la pression. Minerva ne pouvait que comprendre le fait qu'il ne souhaitait pas se mêler à tout ça, mais il fallait qu'elle réussisse à le rallier à ses côtés. Sa force était nécessaire pour lutter contre la noirceur de ces temps et protéger les élèves. Albus avait passé son temps à mettre poudlard à l'abri, et il était hors de question pour son amie de baisser les bras et de s'en aller en laissant les jeunes sorciers destinés à une mort certaine. Ils étaient sa force maintenant qu'elle avait perdu Albus et qu'elle était loin de ses camarades de l'Ordre, et l'envie de revoir le château paisible et agréable ne cessait de faire souffrir son cœur lorsqu'elle voyait de ses yeux l'horreur défiler devant elle depuis plusieurs mois. Il fallait faire quelque chose, et Minerva avait besoin de Reginald. Elle avait besoin de lui, de sa force, malgré le fait qu'elle était compréhensive quant à la décision du garçon.


Ainsi, la femme marquée par le temps n'avait plus d'autres choix que d'en venir directement au sujet que l'élève de Serdaigle n'eut aucun mal à deviné. Mais c'était compliqué. L'animagus devait trouver les bons mots pour raisonner au mieux cet enfant si brillant à ses yeux, et sentant l'espoir battre dans son être, elle prit finalement la parole d'une voix forte, sur un ton toujours moins strict que d'habitude. Ca n'était pas le moment de l'être, et ces temps-ci avaient un peu affaibli la forte femme qu'elle était. « Mr Bootes. Regardez-moi, je vous prie. » demanda t-elle d'abord, avant que ses lèvres ne bougent durant quelques instants, comme si la vieille femme avait peur de voir l'élève couper court à la discussion. Puis elle se tourna un moment, dos à Reginald, ses yeux clairs s'élevant vers la grande fenêtre située face à elle. Le ciel assombri serrait le cœur de Minerva, son esprit torturé de toute part par les morts dont elle revoyait le visage, se remémorant également la douleur qui l'avait mordu de plein fouet en apprenant la mort de Dumbledore. Reginald était une partie de son espoir de revoir un ciel éclairé, des sourires et non des larmes, d'entendre des rires et non des cris, et c'est sur ces pensées qu'elle soupira quelques secondes avant de se tourner de nouveau vers la carrure imposante du garçon, sa robe de sorcier suivant son mouvement. Ses mains se redressèrent vers son buste, les doigts emboîtés entre eux et tremblant légèrement, et la voix de la directrice des rouge et or retentit, forte et sérieuse. « Je comprend votre envie de rester sur le côté, mais comprenez que cela ne vous sauvera pas si tous ces idiots de mages noirs ont pour but d'exterminer tous ceux qui n'ont pas le sang-pur. Vous êtes capables de faire de grandes choses, Reginald Bootes. Croyez-moi. Pourquoi pensez-vous le contraire ? » dit-elle en ne quittant plus le Serdaigle de ses yeux clairs. Minerva y allait doucement, toujours, mais déjà, elle commençait à faire avancer les pions, espérant gagner cette partie qui n'allait pas être aussi facile que cela, sachant pertinemment que depuis le début l'élève de sixième année avait tout fait pour ne jamais se mettre sous les feux des projecteurs. Pourtant, l'animagus ne pouvait se résoudre à laisser le jeune homme dans un coin alors qu'il pourrait l'aider à protéger les élèves du danger pesant sur eux.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
DIRECTRICE DE GRYFFONDOR
© QUIET RIOT
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Ross Butler
Code Couleur : #6699FF
Patronus : Rouge Gorge
& You ... :
Baguette : Bois de mélèze - 34,29 cm - crin de licorne, flexibilité rigide
Metier/Maison : Serdaigle
Gallions : 270
avatar
Reginald Bootes
Neutre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Dim 18 Juin - 11:54

Give me your strength.

 

20 Oct. | Les pieds fermement ancrés dans le sol, Reginald Bootes s’obstinait à baisser les yeux. La conversation venait à peine de débuter qu’il souhaitait déjà y mettre un terme seulement aucun prétextes cette fois-ci ne fonctionnerait, il le savait pertinemment. Qu’est-ce qui diable avait poussé Minerva McGonagall à porter un quelconque intérêt à son parcours ? Passé quelques honteuses facilités à donner l’impression d’avoir du talent, il était fainéant, ne s’était jamais montré altruiste et encore moins héroïque. Il avait toujours rasé les murs quand il était seul, accompagné effectivement on discernait l’ombre d’un autre homme mais il en venait à se demander si sa prétendue personnalité n’avait pas été créé de toute pièce pour s’intégrer à son groupe de frangins. Il était donc tout à fait en droit de se demander ce que la directrice de Gryffondor avait discerné chez lui pour qu’elle tente à plusieurs reprises de faire appel à son aide…

Son nom peut être ? Les Bootes après tout jouissaient d’une réputation particulière. Ils étaient brillants mais s’ils s’étaient tous illustrés dans leur carrière professionnelle, formant quelques grands Médicomage du monde magique, aucun d’eux n’avait jamais pris parti. Étrangement, on ne le leur avait jamais reproché ouvertement, comme si l’aura particulière de leur statut les dispensait d’avoir tout opinion politique. Faire profil bas était le mot d’ordre et ses parents lui avaient toujours recommandé de garder le silence. Cet été, soucieux mais décidés, ils avaient tenu à ce que leur fils malgré la situation poursuive ses études à Poudlard tout en lui intimant de ne jamais se faire remarquer. Conclusion, prendre position c’était trahir ses géniteurs, aller à l’encontre de l’ordre établis par ses aïeux et ça il doutait d’en être capable.

La professeur réclama qu’elle le regarde dans les yeux, péniblement alors, il releva enfin la tête. Un court instant ils s’observèrent avant qu’elle ne s’éloigne, lui tournant le dos pour s’en aller contempler l’extérieur, à la recherche sans doute des mots pour le convaincre. Lui resserra sa prise sur les lanières de son sac, se calant plus correctement sur la bien inconfortable chaise ou il avait pris place. Les pieds raclèrent le sol, brisant le silence gênant. Il s’évertua à se taire.

Quand Minerva revint à la charge, que sa voix forte et sérieuse se fit entendre, ses mots l’atteignirent de pleins fouets. Mal à l’aise, il s’agita sur son siège, faisant toujours grincer les pattes fragiles de l’objet quand il se mouvait maladroitement. Il secoua alors la tête, eut un rictus peiné et osa enfin la regarder.

« Pour tellement de raisons professeur. Avoir quelques facilités ne fait pas de moi le héros dont vous êtes à la recherche. C’est plutôt à vous que je devrais demander ce qui vous pousse à le croire. Enfin… Je sais pas… Je veux dire, je ne sais pas tout à fait ce que vous attendez de moi, ce que vous imaginez dont je puisse être capable. C’est juste que je pense que vous avez tort de miser quoi que ce soit sur un élève comme moi. »

Ici, il reprit son souffle et marqua une pause. Il avait cette fâcheuse habitude, mal à l’aise, de parler à tort et en travers sans prendre la peine de respirer, en faisant fi de la réflexion, lançant plutôt sans savoir ce qui allait sortir de sa propre bouche tout ce qu’il avait sur le cœur. Scellant ses lèvres, il se mura à nouveau dans le silence, haussa vaguement les épaules et reprit sa position initiale : garder les yeux rivés vers le bas.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
TELL ME EVERYTHING
IS GONNA BE FINE
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Maggie Smith
Code Couleur : #cc99cc
Patronus : Chat tigré
& You ... :
Baguette : Bois de Sapin - Ventricule de cœur de dragon - 23,75 cm - rigide
Pouvoir : Animagus
Metier/Maison : professeur de métamorphose & Directrice de la maison Gryffondor
Gallions : 186
avatar
Minerva McGonagall
Ordre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Mar 20 Juin - 17:14

Give me your strength.

 

Minerva observait de ses yeux clairs cet élève qui ne cessait de fuir son regard, sûrement apeuré des mots qu'elle allait prononcer. Il était tout à fait normal qu'il le soit, mais l'animagus avait espoir que Reginald prenne conscience de l'importance de sa force dans ce moment qui était crucial pour tous les sangs « impurs » aux yeux de ces êtres abjectes, et qu'il trouve le courage de se réveiller et de lutter pour protéger les autres. Néanmoins, son espoir se retrouvait assombri par cette angoisse qui vivait en elle, de peur que malgré ses mots, ses arguments et cette situation critique dans laquelle beacoup d'innocents étaient rien ne marche. La directrice des rouge et or savait également que ça ne serait pas une tâche facile et pour commencer, elle lui avait demandé de lever les yeux vers elle. Non sur un ton strict, car l'instant présent ne prêtait pas à ce genre, l'affaiblissement moral de la vieille femme y jouant aussi. Bien trop de choses s'étaient produites ces derniers temps, et malgré toute la force qui émanait de cette femme, Minerva avait du mal à garder la tête haute, la stature droite. Son regard luisant d'inquiétude, de colère et de tristesse avait vu s'écrouler des élèves, et ses oreilles sonnées par de nombreux sons s'étaient retrouvées souillées des cris et des pleurs de ceux qu'elle souhaitait protéger. Son cœur avait été également brisé par la mort de son grand ami, et sur toutes ces pensées plus sombres les unes que les autres, la sorcière marquée par le temps s'était mis de dos quelques instants, contemplant dans un silence de mort un ciel qui n'avait jamais été aussi noir. Minerva avait véritablement besoin de cet élève de Serdaigle, et suite au bruit de la chaise qui dévoilait le malaise de Reginald, la vieille femme se retourna, prononçant des mots d'une voix forte et sérieuse, tentant d'y aller le plus doucement possible et d'amener les choses au fur et à mesure.


Ses doigts emboîtés entre eux tremblaient légèrement près de son buste, tout comme son regard qui dévoilait son angoisse, son chagrin. Minerva pouvait enfin voir ce regard qu'elle avait cherché dès le début de leur conversation, et c'est avec attention qu'elle écouta les paroles déballées sans aucune respiration du Bootes. La directrice de Gryffondor observa quelques instants le garçon droit dans les yeux. Elle voyait et entendait dans les mots, les gestes et l'attitude du Serdaigle qu'il n'avait aucune conscience de tout ce qu'il pourrait faire, et elle ne comprenait pas comment il arrivait à se croire aussi impuissant. Sa mâchoire se serra à nouveau, ses yeux clairs luisant d'un sérieux qui ne quittait plus son expression faciale malgré toutes les émotions gisants en elle. Elle le voyait, peu sûr de lui malgré tous les acquis qu'il avait en sa possession. Elle le voyait, tentant de se faire tout petit et  continuant à se faufiler entre les mailles du filet, et ces pensées la révoltèrent intérieurement, son regard s'abaissant quelques instants sur ses mains. Elle ne pouvait se permettre de le laisser ressentir cette impression de ne pas avoir les capacités pour faire quoique ce soit. C'était un élève intelligent, fort, et qui, aux yeux de l'animagus, n'avait pas sa place sur le côté, mais bien au centre de l'action. Elle voulait qu'il s'élève, et que sa force puisse sauver des vies. Minerva ne pourrait jamais tout faire toute seule. Les jeunes sorciers apportaient chacun leur pierre à l'édifice qui permettaient à la vieille femme de se maintenir forte, courageuse. Jamais elle ne se mettrait en danger pour rien. Il y aurait toujours une raison, et la raison qui, en ces temps noircis, la poussait à s'imposer et affronter des sangs-purs qui pourraient la tuer d'un instant à l'autre était la vie de tous ces étudiants qui comptaient sur elle. L'animagus avait l'avenir de beaucoup entre les mains, et Reginald pouvait l'aider à garder précieusement ces vies en sûreté.


Ainsi, sur ces pensées aussi sombres que déterminantes, la professeure de métamorphose releva ses yeux clairs, faisant face, grande et forte, à cet élève qu'elle avait espoir de rallier à ses côtés. Elle l'observa un instant, et s'avança un peu plus vers lui. « Mr Bootes. Vous êtes fort. Bien plus fort que ce que vous ne croyez, et ce qui me pousse à le croire est l'unique résultat de votre travail durant toutes ces années. » dit-elle d'une voix forte, bien qu'elle avait du mal à l'être ces derniers temps, avant de reprendre. « Vos acquis sont cruciaux en ces temps ci, Reginald Bootes. Tandis que vous restez sur le côté, certains de vos camarades succombent, et je n'ai pas la force nécessaire pour riposter sans cesse face à ces événements. » ajouta t-elle d'une voix soudainement moins grande, ses lèvres mouvant sous la tristesse qui poignardait son cœur, ses yeux s'embrumant légèrement. Minerva était humaine. Elle ne pouvait rester forte trop longtemps, et cette stature qu'elle gardait chaque jour semblait s'effriter en ce jour où elle demandait de l'aide. « pourquoi ne croyez vous pas en vous ? » demanda t-elle ensuite, d'une voix qui démontrait sa curiosité, tentant de rebondir sur cette question pour donner du courage et de la force à cet élève qui, avec de la volonté, pourrait l'aider à changer les choses.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
DIRECTRICE DE GRYFFONDOR
© QUIET RIOT
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Ross Butler
Code Couleur : #6699FF
Patronus : Rouge Gorge
& You ... :
Baguette : Bois de mélèze - 34,29 cm - crin de licorne, flexibilité rigide
Metier/Maison : Serdaigle
Gallions : 270
avatar
Reginald Bootes
Neutre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Lun 26 Juin - 21:41

Give me your strength.

 

20 Oct. | Le serdaigle se tortillait sur sa chaise, faisant grincer toujours plus lamentablement les quatre pieds du pauvre objet supportant mal le poids du grand garçon qu’il était. Rien ne lui plaisait dans la tournure – prévisible - de cette conversation. Le regard que posait Minerva McGonagall sur lui, ses tentatives discrètes de le ramener à « la raison » … Tout cela lui collait des sueurs froides, lui retournait le ventre et lui filait l’envie de rejoindre au plus vite son cher dortoir. Comment faire entendre à autrui qu’on ne voulait être mêlé de près ou de loin aux événements ? Que bien que tout cela nous affecte, l’envie, le panache, appelez ça comme vous le voulez, ne répondait pas à l’appel. Qu’avait-il bien pu faire pour attirer l’attention de son honorable professeur de Métamorphose et faire naitre en elle l’espoir de voir en lui un vaillant combattant ? Car elle devait bien percevoir quelque chose chez lui, quelque chose qui le surpassait puisqu’il en ignorait jusqu’à la nature. Dernière interrogation ensuite et non des moindres, depuis quand la résistance s’intéressait au pleutre ? Par la barbe de Merlin ! C’est ce qu’il était, alors pourquoi cherchaient on à le mêler à ces histoires ? Beaucoup de questions, trop peu de réponses.

Toute cette discussion lui inspirait le plus grand des effrois, mais enfin, rares étaient celle qui ne lui inspirait pas de contrariété. Malaise et embarras étaient des sensations familières, il avait toute sa vie eue la désagréable impression de les trimballer comme un pénitencier supporte à son pied un boulet de canon. Toute situation était sujette à le rendre malade et la plus simple des conversations pouvaient devenir selon son gré des plus gênante quand la confiance n’y était pas. Et autant dire qu’elle manquait souvent à l’appel. Il était donc plus simple d’éviter ces situations, de rester dans sa zone de confort et ne jamais trop se cogner à la vie. Seulement voilà, les autres souvent en décidait autrement…

Retenant un instant son souffle comme pour remettre de l’ordre dans son esprit embrouillé, il secoua finalement la tête, expira une longue bouffée d’air et crispa toujours un peu plus ses mains sur les pauvres lanières abîmés de son sac à dos. Fort, il ne l’était en rien. Reginald ne comprenait d’ailleurs pas qu’il puisse encore faire illusion. Comment on pouvait encore être effrayé par sa carrure d’athlète ? Cette stature qui ne correspondait en rien à ce qu’il était. Bien sûr, son professeur s’empresserait d’ajouter s’il le signalait qu’il n’était pas question ici que du physique, mais là encore, elle se trompait si elle le pensait pourvu d’un mental solide. Mais Minerva McGonagall semblait tant avoir envie de voir en lui quelque chose qu’il n’était et ne serait jamais qu’il serait certainement peu aisé de lui faire entendre raison. Il la laisse poursuivre, jusqu’à ce qu’elle pose la question : pourquoi doutait-il de ses capacités ?

« Non mais je ne veux pas parler de ça en fait. »

Il s’était relevé, comme prêt à prendre la porte mais maintenant debout, il se sentait stupide et incapable de traverser la salle. Marquant une pause qui lui parut lamentablement longue, il finit par se rasseoir, rembruni et nerveux.

« Je vous le répète, je ne peux pas vous aider. Ça me ferait très plaisir, tout ça, je ne dis pas… J’en sais rien, mais… Mais clairement non, je ne peux pas. Et je sais que mes camarades tombent, je ne suis pas aveugle au point d’ignorer ce qu’il se passe. Il n'y a pas un soir ou je ne pense pas à Alice, au fait qu'il y a un mois à peine elle était assise à côté de nous en cours et... Et même si je donne l’impression de me moquer de tout ce bordel je... ! Pardon. »

Se reprit-il immédiatement en réalisant qu’il était allé trop loin. Jamais il ne se serait permis d’être aussi familier avec un professeur et son visage devint plus rouge que l’emblème des Gryffondor alors qu’il raclait sa gorge, embarrassé.

« Tiens, justement, si je ne crois pas en moi comment est-ce que je suis censé être d’un quelconque secours aux autres ? Vous allez me dire que ça n’a rien à voir. Vous avez raison. Ce que j’essaye de vous dire c’est… Que je ne suis pas... Que je ne suis pas à la hauteur de la tache que vous voulez me confier. »

Conclut il avec grande difficultés, buttant toujours plus sur les mots et cherchant à combler chaque silence qui, chaque fois plus pesant, semblait juger sévèrement chacunes de ses interventions maladroites.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
TELL ME EVERYTHING
IS GONNA BE FINE
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Maggie Smith
Code Couleur : #cc99cc
Patronus : Chat tigré
& You ... :
Baguette : Bois de Sapin - Ventricule de cœur de dragon - 23,75 cm - rigide
Pouvoir : Animagus
Metier/Maison : professeur de métamorphose & Directrice de la maison Gryffondor
Gallions : 186
avatar
Minerva McGonagall
Ordre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Dim 2 Juil - 1:09

Give me your strength.

 

Minerva avait été responsable de la mort d'une élève lors de sa confrontation face à Ophélia Reaver. Minerva avait dû remonté la pente face à toutes ces tragédies qui étaient survenues en si peu de temps. Tout semblait si noir autour d'elle. Tout semblait si sombre autour de tout le monde. Plus l'incertitude d'en ressortir vivant résidait en chacun. La directrice de Gryffondor, elle, tentait de tenir bon. Elle faisait de son mieux, chaque jour, pour être forte, pour rester droite, et faire semblant de bien résister. Mais désormais, son genou était presque à terre, et Minerva avait peur d'échouer à la mission qui lui tenait le plus à cœur : protéger les élèves. Pourtant, l'espoir d'un avenir embelli continuait de vivre au sein de la femme marquée par le temps, qui continuait de s'accrocher à ce semblant de lumière luisant dans tous ces ténèbres qui enveloppaient le monde magique. Mais cette lumière, elle ne pouvait la laisser briller en agissant seule. L'animagus avait besoin d'autres personnes pour l'aider, l'épauler, la soutenir, et amener toujours un peu plus de blancheur face à toute ces horreurs que les « impurs » subissaient depuis que Voldemort et ses sbires avaient pris possession de l'école. Elle avait besoin de force pour résister à tout cela, et son dévolu s'était irrévocablement jeté sur l'élève brillant de Serdaigle qu'était Reginald Bootes.


Ainsi, malgré le regard fuyant du grand gaillard, la professeure de métamorphose ne pouvait se résoudre à le laisser s'en aller sans discuter avec lui et tenter de le convaincre. Elle le voulait à ses côtés. Elle voulait qu'il utilise l'étendue de ses brillantes capacités pour aider les autres et mettre ses camarades à l'abri. Mais le convaincre de se rallier près d'elle n'allait pas être chose facile, et Minerva avait pris la parole, y allant au fur et à mesure afin de ne pas brusquer l'élève face à elle. Au cours de la discussion, ses yeux s'étaient légèrement embrumés. Ses doigts emboîtés entre eux tremblaient doucement. La femme grande et forte qu'elle était semblait fléchir en ce jour où elle avait l'impression d'être en chute libre. Elle était fatiguée, Minerva. Fatiguée de se battre alors que la force lui manquait au bout du compte. Et c'est sur une dernière question, d'une voix curieuse, que l'animagus ne quittait plus le visage du Bootes, attendant des réponses du jeune homme, qui, sous ses yeux, se leva brusquement, Minerva fronçant légèrement les sourcils, ses yeux clairs luisant d'incompréhension. Elle n'allait pas se montrer sévère et stricte. Elle n'allait pas lui ordonner de se rasseoir, parce qu'elle n'en avait pas la force et que cela ne servirait à rien. Mais elle ne voulait pas qu'il s'en aille et avait déjà en tête de le retenir, l'une de ses mains prête à lui empoigner le bras au cas où le serdaigle se mettrait à faire marche arrière.


Pourtant, ce ne fut pas le cas, et finalement, l'élève à la carrure imposante reprit place sur cette chaise qui lui semblait si inconfortable. Minerva voyait bien qu'il n'était pas à l'aise avec ce sujet. Elle voyait bien qu'il voulait juste qu'on le laisse tranquille. Mais la directrice des rouge et or ne voulait pas laisser la liste des blessés et des morts s'agrandir. Il était temps de s'élever. Il était temps de reprendre les choses en main. Dumbledore n'avait pas eu à donner son énergie pour la protection de cet établissement et de ses étudiants pour rien. Ainsi, elle écouta en premier temps les nouvelles paroles de Reginald. Il s'emportait, son esprit s'emmêlant face à tout ce qu'elle lui demandait et ce qu'il avait vu, Minerva revoyant avec stupeur des corps de jeunes sorciers tomber au sol comme des feuilles mortes. Et c'était atroce. C'était horrible, et l'animagus acquiesça doucement, de manière presque imperceptible en voyant le Bootes rougir, sûrement gêné par les mots qu'il avait prononcé. « Reprenez, je vous prie. » dit-elle d'une voix qui tentait d'être encourageante, sur un ton calme, ses yeux clairs observant le garçon. Malgré tout les mots qu'elle avait prononcé à son égard, le serdaigle ne semblait pas vouloir la croire et s'obstinait à penser qu'il ne lui serait d'aucune aide, qu'il ne pouvait lui donner sa force dont il doutait. Et Minerva cherchait. Elle cherchait les mots, les bons mots, ceux qui auraient une chance plus grande d'atteindre ce jeune homme qui souhaitait rester spectateur. Pourtant, la sorcière marquée par le temps avait besoin de lui en tant qu'acteur et écouta avec intérêt Reginald, son regard embrumé à cause de ces horribles choses passées tremblant encore, ses mains se resserrant l'une contre l'autre. Elle voulait qu'il croit en lui. Elle voulait qu'il l'aide à protéger les autres. Ainsi, d'une voix toujours plus forte et assurée, autant qu'elle en avait la force et la capacité en ces temps si durs, Minerva répliqua. « Vous êtes en mesure de m'aider, Reginald Bootes. Comment pouvez-vous me dire de telles choses sans avoir essayer ? Si cette mission vous ferait tant plaisir, alors aidez moi. Je vous en prie, jeune homme. Vos camarades ont besoin de vous. J'ai besoin de vous. » dit-elle d'une voix brisée vers la fin, ses lèvres tremblant sous la peine, la colère, la détermination et l'envie de le voir accepter sa requête. Elle dévoilait un peu plus son état de faiblesse face à cet élève qui ne demandait qu'à sortir. C'était délicat. Tout était délicat en ce moment, mais l'espoir ne quittait pas le cœur de la vieille femme.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
DIRECTRICE DE GRYFFONDOR
© QUIET RIOT
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Ross Butler
Code Couleur : #6699FF
Patronus : Rouge Gorge
& You ... :
Baguette : Bois de mélèze - 34,29 cm - crin de licorne, flexibilité rigide
Metier/Maison : Serdaigle
Gallions : 270
avatar
Reginald Bootes
Neutre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Mar 4 Juil - 17:24


Giver me your strengh
Minerva McGonagall | 20 octobre  

Adepte de l’immobilisme. La formule lui vint en tête alors qu’il se débattait pour refuser l’offre du professeur McGonagall. C’était un devoir que de détourner la proposition, plus qu’un devoir, une obligation et nul ne devaient se permettre de mettre en branle ses pauvres convictions de lâche qu’il avait certes bien du mal à assumer mais qui lui sauverait la mise encore un temps. Faire profil bas avait été et devait continuer d’être le mot d’ordre car il était convaincu que c’était là pour lui le seul moyen de protéger ceux à qui il tenait. En se tenant loin des différents et le plus éloigné possible des affaires, ne jamais attirer le regard sur eux étaient la solution idéale pour passer à travers les mailles du filet. Car quoi qu’elle pense, il était dépourvu des capacités que louait la directrice des rouges et or et peinait encore à croire qu’elle s’obstinait à vouloir faire appel à lui. Il n’y avait pas plus couard qu’un Bootes, tout ce qu’il pouvait espérer c’était effrayer quelques réfractaires de par sa carrure qui pouvait le faire passer pour une grosse brute, mais si on osait brandir une baguette sur lui, il le savait, il se décomposerait. Minerva McGonagall n’ignorait sans doute pas les faits, avait dû avoir vent de ses pitoyables exploits – à commencer par sa tentative avorté pour entrer dans l’équipe de Quidditch de sa maison, mais pas que – alors pourquoi diable persévérer ? La seule raison probable, c’est qu’elle fut désespérée.

Et sans doute l’était-elle. Il n’y avait rien de plus déstabilisant que de voir une figure comme la sienne se craqueler, qu’une légende vous montre ses faiblesses et confesse à demi-mot son impuissance. Être témoin de cela c’était terrifiant et il ne pouvait rien pour elle. Honteux, il lâcha un temps les lanières sur sac auquel il se cramponnait, massa ses genoux avec les paumes de ses mains ouvertes, le regard obstinément perdu au loin. Elle l’invitait à poursuivre, mais que pouvait-il bien ajouter ? Il ne croyait pas en lui, c’était un fait, est ce que ça l’arrangeait ? Certainement. Il pouvait se draper de son manque de confiance pour prétendre manquer des capacités inhérentes à tout résistant. Il ne voulait pas être mêler à cette histoire, à l’Histoire, même, avec un grand H et ne savait comment le faire entendre.

Mais le professeur continuait déjà, affirmant fermement qu’il était en mesure de l’aider. Machinalement il secoua la tête avant de se courber sur sa chaise, posant ses bras croisés sur ses cuisses, la mine déconfite. Bien sûr il n’avait pas essayé, et il n’avait aucune envie de le faire ! Des images terribles lui vinrent en tête, celles qu’il partageait avec Lloyd lorsque, effrayé, son meilleur ami leur faisait part à voix haute de ses craintes les plus profondes. Qu’arriverait-il s’il prenait position ? Que leur arriverait-il, à tous les cinq ? Si l’un d’eux devait disparaitre…

Reginald mis un terme à ses pensées lugubre, fermant les yeux en reprenant ses esprits alors qu’un frisson remontait brusquement le long de son échine. Minerva McGonagall martelait que ses camarades avaient besoin de lui, qu’elle avait besoin de lui et c’était tout bonnement insupportable d’entendre sa voix implorante se briser.

« J’ai peur. »

Lâcha-t-il enfin. Le mot raisonna en lui quelques secondes puis, plus fébrile que jamais, il reprit la parole.

« Professeur, je suis terrifié. C’est à peine si je peux regarder mon ombre sans frôler l’apoplexie alors comment est-ce que je suis censé vous être d'un quelconque secours ? C’est une vraie question, pourquoi moi ? »

Insista-t-il, pâle. Son incompréhension était sincère et il voulait entendre une raison qui justifie cet appel désésperé.

MOONDAYGIRL ©

_________________
TELL ME EVERYTHING
IS GONNA BE FINE
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Maggie Smith
Code Couleur : #cc99cc
Patronus : Chat tigré
& You ... :
Baguette : Bois de Sapin - Ventricule de cœur de dragon - 23,75 cm - rigide
Pouvoir : Animagus
Metier/Maison : professeur de métamorphose & Directrice de la maison Gryffondor
Gallions : 186
avatar
Minerva McGonagall
Ordre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Dim 9 Juil - 18:06

Give me your strength.

 

Minerva tombait un peu plus à genou face à l'élève de Serdaigle. Ses yeux clairs embrumés observaient avec attention Reginald alors que son esprit était torturé par la vision d'élèves tombant au sol comme des feuilles mortes. Son cœur était serré face à tant d'actes qu'elle ne pouvait combattre seule, se sentant véritablement impuissante malgré elle. L'animagus était affaiblie, plus faible qu'elle ne le faisait paraître tous les jours, se forçant à garder la tête haute, la stature droite, la voix dur et sévère afin que les élèves qui croyaient en elle ne baissent pas les bras. Mais elle avait du mal ces derniers jours, Minerva, à rester forte. Sa volonté de faire mouvoir les choses la poussait à ne pas fléchir face aux jeunes étudiants afin de continuer à faire vivre l'espoir luisant dans leur cœur. Mais c'était dur. C'était compliqué, et la directrice des rouge et or ne pouvait s'occuper des sbires de Voldemort et de la noirceur qu'ils répandaient sans la précieuse aide de ceux qui comptaient sur elle. Et en ce jour-ci, c'était vers le jeune Bootes qu'elle s'était tournée. Elle savait qu'il était capable de grandes choses. Elle savait qu'il pourrait protéger ses camarades en donnant un peu de son énergie, un peu de cette force dont elle avait tellement besoin en ces temps si incertains.


Ainsi, les mains légèrement tremblantes et jointes, le regard embrumé tentant de retenir les larmes qui montaient au creux de ses yeux alors qu'elle avait prononcé des mots si douloureux à la fin, Minerva regarda Reginald avec attention, le suppliant presque silencieusement de lui promettre qu'il veillerait non pas uniquement sur sa bande mais également sur les autres. Mais rien n'était facile dernièrement, et ce fut le cœur lourd d'émotions que la femme marquée par le temps entendit ce sentiment qui traversait le brillant élève de Serdaigle. C'était la peur. C'était cette émotion difficile à contrôler qui semblait le bloquer, l'empêcher d'agir. Mais c'était normal aux yeux de Minerva. Oui, c'était normal. L'animagus comprenait son ressenti. Elle aussi, elle avait peur. Elle était effrayée. Chaque jour, alors que la noirceur de Voldemort s'assombrissait un peu plus, c'était le regard élevé vers un ciel ténébreux qu'elle sentait son cœur se serrer et battre à vive allure. Elle ne cessait de se demander de quoi serait faite la journée. Elle ne cessait d'être apeurée à l'idée de découvrir le corps sans vie de l'un des étudiants ou de l'un de ses collègues. Pourtant, c'était cette même peur qui lui donnait la force et le courage d'aider au mieux ce que son grand ami avait construit afin de ne laisser tomber aucun de ceux qui ne méritaient pas un châtiment mortel. C'était cet effroi de voir mourir les autres autour de soi et de mourir elle-même qui la poussait à continuer de s'imposer et montrer que Dumbledore ne serait jamais mort en vain. Alors, malgré cette émotion qui résignait beaucoup de monde à agir, elle était sûre que Reginald pourrait dépasser cela pour protéger ceux qu'il aimait et par la même occasion, les autres.


Durant un instant, Minerva resta donc silencieuse face à ces mots, son esprit occupé à la réflexion. Elle cherchait les bons mots, encore une fois, et acquiesça d'abord doucement aux paroles de Reginald, son visage s'abaissant de nouveau vers ces mains moins fortes qu'avant, ses pas l'éloignant un peu du garçon. Ses lèvres mouvaient en silence. Que pouvait-elle dire face à un jeune élève de 17 ans qui avait simplement envie de vivre tranquillement aux côtés de ceux qui lui étaient chers ? Minerva ne pouvait le blâmer pour ce choix de vie, mais elle ne pouvait résister seule et le laisser vivre sans rien faire dans la peur. Les jeunes sorciers ne pouvaient pas compter que sur elle pour garder espoir et tendre leurs mains vers une lumière qui s'affaiblissait au fur et à mesure que cette étendue d'ombre n'arrêtait pas de grandir. Grâce à Reginald en revanche, et à ses quatre amis tout aussi intelligents et doués qui le suivraient sans doute, la directrice des rouge et or savait qu'elle avait une chance un peu plus grande. Elle savait qu'en gonflant le nombre d'élèves qui la soutiendraient, elle en ressortirait plus forte. Car ces jours-ci, elle était comme une plante privée de soleil depuis quelques temps. Elle se fanait, un peu plus. La noirceur la guettait, elle, source de lumière pour beaucoup, et bientôt, si personne ne répondrait à son appel, elle n'y arriverait pas. Elle était forte, oui, mais elle était humaine et vieille, Minerva. Et le Bootes était assurément l'un de ceux qui pourraient lui apporter ce dont elle avait besoin, ainsi qu'à tout ses camarades : un avenir meilleur, embelli par des rires et non terni par des pleurs et des cris de douleurs. Ainsi, elle respira profondément, son regard clair s'élevant vers la porte de sa salle. Puis elle se retourna, sa stature tentant de rester imposante malgré tout ce que son cœur portait en son sein. « Monsieur Bootes. Je comprend que vous ayez peur et que vous soyez terrifié. Qui ne le serait pas dans un cas comme celui-ci ? Beaucoup de ceux que ces êtres abjects jugent d'impurs seront tués comme s'ils avaient toujours été destinés à l'abattoir. » dit-elle d'abord d'une voix tremblante, qui se voulait néanmoins moins faible malgré la tristesse et la colère qui la rongeaient. « La peur vit en moi également, Reginald Bootes. Néanmoins, c'est ce même sentiment que me pousse à agir. Je veux que tout les élèves et tout mes collègues n'aient plus la poitrine serrée chaque jour. Je veux que tous ceux à qui je tiens ne meurent pas comme Voldemort l'a décidé. Je refuse d'avoir peur jusqu'à ce qu'ils décident de me tuer. Et vous, monsieur Bootes ? Je doute que vous souhaiteriez voir vos amis ou votre famille se faire abattre. Pour eux, seriez-vous capable de surpasser votre peur et me venir en aide afin de leur éviter le pire ? » demanda t-elle d'une voix calme et tremblante, toujours, ses yeux tremblant également doucement, embrumés. Minerva avait besoin de force. Elle qui semblait être en chute libre devait se rattraper à quelque chose. Et les seuls qui pouvaient réussir à le faire maintenant que son ami était mort et que l'Ordre était loin d'elle étaient les élèves. Eux, ces jeunes sorciers qui devaient faire face à tant d'horreurs. C'était eux qui continueraient de faire luire son espoir.
 
code by MOONDAYGIRL
 

_________________
DIRECTRICE DE GRYFFONDOR
© QUIET RIOT
Revenir en haut Aller en bas
Feat : Ross Butler
Code Couleur : #6699FF
Patronus : Rouge Gorge
& You ... :
Baguette : Bois de mélèze - 34,29 cm - crin de licorne, flexibilité rigide
Metier/Maison : Serdaigle
Gallions : 270
avatar
Reginald Bootes
Neutre

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   Mer 19 Juil - 11:31


Giver me your strengh
Minerva McGonagall | 20 octobre  

Pourquoi moi. Le choix lui paraissait si peu judicieux, il manquait terriblement de sens. Andy aurait fait un meilleur candidat, malgré sa volonté de rester dans l’ombre son ami ne manquait jamais de donner quelque coup à ceux qui osaient s’en prendre à ses proches. Grisha lui aussi avait le potentiel requis pour entrer dans les rangs de l’armée de Dumbledore. Plus fragile, il n’en demeurait pas moins aussi brillant que compétant et bien que Reginald se refuse à les imaginer l’un comme l’autre prendre le risque de prendre parti, il n’en demeurait pas moins certain qu’il fallut les contacter eux avant de passer par lui. En quatrième année déjà on lui avait tourné autour, espérant que le grand colosse s’implique aux côtés de Harry Potter. Jamais Reginald n’avait donné suite à cette requête, l’idée même de défier la loi – aussi cruelle et aberrante soit elle sous le règne d’Ombrage – l’inquiétait bien trop et il s’était tenu éloigné de ceux qui avaient voulu obtenir son soutien. Or, si la situation était déjà critique à l’époque, elle l’était aujourd’hui à un niveau qui dépassait l’entendement. Il se refusait pourtant de le voir, Reginald, il s’obstinait à garder la tête basse et d'ignorer autant que possible l’horreur en espérant que d’autre les délivre de leurs tourments. Car ce régime ne pouvait qu’être éphémère n’est-ce pas ? Il ne pouvait en être autrement.

C’était jusqu’alors facile de s’en convaincre mais aujourd’hui devait certainement signer la fin d’une certaine forme d’insouciance honteuse. Il observait les doigts noueux du professeur McGonagall, n’osant faire face à son regard pâle qui en espérait tant et à cette sihlouette pour la première fois si fragile. Si cette grande figure de la résistance venait implorer son aide, si même cette héroïne la ployait le genou que cela pouvait bien signifier sinon que c’était la fin ? Nerveusement l’élève desserra un peu plus le nœud de sa cravate et essuya quelques gouttes de sueur qui coulaient le long de sa nuque.

Elle reprit la parole et déjà Reginald ferma les yeux, dissimulant son visage sous sa main tendu, le front rivé vers le sol. Les images qu’elle invoquait le tétanisait et l’entendre dire qu’elle aussi avait peur ne le rassurait en rien. Il n’espérait rien sinon que cet entrevu se termine dans les plus brefs délais car il n’avait ni la force ni le courage de lui répondre quoi que ce soit et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il réussirait à prendre une décision. Qu’elle parle de ses amis et bientôt de sa famille suffit à profondément le bouleverser. Il pensa à Cheryl, sa petite sœur, elle qui croquait la vie à pleine dent et se moquait tant des diktats. Dans deux ans elle passerait les grandes portes de Poudlard, il ne serait plus là pour veiller sur elle, dans quel état serait alors l’établissement ? Il rejetait tout bonnement l’idée qu’elle poursuive sa scolarité ici si les Mangemorts continuaient d’occuper les lieux mais tout comme ses parents avaient refusé qu’il change d’établissement cette année, il contraindrait certainement sa petite sœur à emprunter le chemin tout tracé qu’ils avaient prévu pour elle depuis sa naissance. L’idée lui fut si insupportable qu’il secoua violement la tête, se redressa et bascula son sac derrière son épaule. Ses yeux brillaient d’une étrange lueur et il renifla bruyamment en poussant un soupire sonore avant de secouer nerveusement sa main. Il resta un instant debout là, à fixer la fenêtre avant de faire quelque pas et se confronter enfin au regard de la directrice des rouge et or.

« Excusez-moi professeur il faut que je sorte. Je vais essayer, je… » Que venait il de dire ? Quels mots venaient de lui échapper ? Je vais essayer ? Vraiment ? Ne les avaient-ils pas promulgués dans le simple espoir qu’elle le laisse tranquille après quoi ? Certainement. Il hocha frénétiquement la tête, avant de s’engager dans l’allé, manquant de renverser la chaise sur laquelle il s’était assis plus tôt. « Je vais essayer. » Répéta t’il alors qu’il se retournait et qu’il faisait face au regard désemparé de la grande résistante. Il allait la décevoir. Cette simple pensée retourna ses entrailles et se hâta pour rejoindre la sortie, le souffle court. Il allait essayer. Quel lâche ! Il ne s’engageait à rien et alors qu’elle était sur le point de s’effondrer il fuyait. Ne mettant ni un terme aux négociations et ne leur offrant pas pour autant de suite, il poursuivait sa route de couard. Pour combien de temps ? Car Minerva McGonagall avait quelque part réussi à semer le doute en lui et la tempête qu'elle venait de souffler dans son esprit n'aurait pas fini de le tourmenter. C'était la fin de quelque chose, le début d'une nouvelle ère de troubles.

MOONDAYGIRL ©

_________________
TELL ME EVERYTHING
IS GONNA BE FINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Give me your strength. | Reginald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Give me your strength. | Reginald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suppression du give
» Attention au give XP
» Give me a reason to love you | PV Ephyre |
» [Projet de niveau] Omaha Beach .
» Signification des persos 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Season's End :: Poudlard :: Le 1er étage :: Salle de metamorphose-